Le parti au pouvoir a toujours eu une longueur d’avance sur les opposants au Cameroun en respectant les textes de la République sauf que pour certains partis politiques   il   faut   résoudre   le   problème   du   Noso. Ni John   FruNdi,   Edith KabangWalla, Maurice Kamto annoncent le boycott de ce scrutin.

Après   la   convocation   des   collèges   électoraux   par   le   président   de   la République, on sait un peu plus sur les partis engagés et les sceptiques. « Nous ne participerons pas aux élections régionales prévues dans les schémas actuels », avait prévenu le 2 septembre 2020, John FruNdi, président du Social Democratic Front (SDF), l’un des deux principaux partis de l’opposition.

Ce dernier exige au préalable « un cessez-le-feu » en zone anglophone. À l’issue du double scrutin du 9 février 2020 le SDF n’a remporté qu’une seule des 34 communes du Nord-ouest, à savoir la commune de Bamenda 3e.

Le Mouvement   pour   la   Renaissance   du Cameroun   (Mrc)   de Maurice   Kamto, absent lors des dernières législatives et municipales 2020, ne gère aucune commune et n’a pas de conseillers municipaux.

Pour Edith KabangWalla, présidente du Cameroonpeople’s party (CPP) et leader du Mouvement Stand up for Cameron, il faut saboter ces élections.

«Il faut le reconnaitre dans un pays comme le Cameroun l’heure est aux enjeux et le gouvernement reste le seul maitre de séance. Les opposants qui disent boycotter les élections et appeler à la marche doivent d’abord faire preuve citoyenneté.   Le   Cameroun   est   un   Etat   qu’il   faut   respecter»,   déclare   Pierre Moube.

La situation est très tendue depuis un certain temps au Cameroun. « Pour moi je dirai que les jeunes souffrent et ils ont beaucoup de problèmes. Comment comprendre que dans un pays certains individus volent des milliards et d’autres souffrent, il faut que le président Paul Biya voie ce problème. Nous, jeunes, disons non à la marche du 22 septembre 2020.Ce n’est pas ça qui va sauver le Cameroun. Nous sommes un pays démocratique et ne regardons pas ce qui se passe à l’extérieur. Le président du SDF qui parle n’est-il pas en Europe avec toute sa famille ? » Relève Mvondo Marcel Patrick Ayissi.

Redigé par: Yann Vlad Atanga

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur