Cameroun-Assassinat du prêtre kenyan et les accusations portées contre l’armée : le Ministre Joseph BETI ASSOMO communiqué

Joseph BETI ASSOMO

L'Eglise catholique à Mamfe (Sud-ouest) a clairement soupçonné dans un communiqué l'armée d'avoir tué par balles le prêtre kenyan à Kembong

« Des témoins oculaires ont dit qu'il a été tué par des soldats du gouvernement qui tiraient au hasard depuis leur véhicule », indiquait ce communiqué signé de Mgr Andrew Nkea, évêque de Mamfé où était rattachée la paroisse de Kembong

Dans un communiqué du 23 novembre, le Ministre Délégué à la Présidence chargé de la défense, Joseph BETI ASSOMO parle d’une enquête ouverte dont les premiers éléments démontre plutôt "formellement que les auteurs (sécessionnistes Ndlr) de ce crime ont usé de perfidies dans le but de faire porter la responsabilité de leur crime aux forces de défense et de sécurité"

Lire le communiqué du ministre

Des individus non identifiés armées et vêtus de treillis de combat, ont fait irruption devant la chapelle de Kembong agglomération rurale située à une vingtaine de kilomètres de Manfe, département de la Manyu à bord d’un véhicule dans l’après-midi du mercredi 21 novembre 2018 vers 15h 30.

Ils ont délibérément ouvert le feu autour à l’aveuglette. C’est au cours cette action que le prêtre Omboto de nationalité kenyane âgé de 33 ans, vicaire de ladite chapelle, et résident à Kembomg, va être atteint de plusieurs balles, et décédera probablement des suites de ses blessures… Cet incident ne sera signalé aux autorités administratives et militaires que tôt dans la matinée du 22 novembre 2018, hypothéquant ainsi toute prompte opération de poursuite et de recherche. Une enquête approfondie a été ouverte autour de ce regrettable incident.

Le premier élément de celle-ci, démontre formellement que les auteurs de ce crime ont usé de perfidies dans le but de faire porter la responsabilité de leur crime aux forces de défense et de sécurité… Le ministre délégué à la présidence chargé de la défense exhorte les populations à collaborer sans relâche avec les forces de défense et de sécurité pour mettre hors d’état de nuire, ces hors la loi qui écument les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest