HUMAN RIGHTS WATCH

https://cdn.237actu.com/HUMAN RIGHTS WATCH

HUMAN RIGHTS WATCH

"Une fois de plus, des informations circulent à l'appui des allégations selon lesquelles des séparatistes armés abuseraient de civils", a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l'Afrique centrale à Human Rights Watch. «Les dirigeants séparatistes devraient immédiatement demander à leurs combattants et à leurs partisans de mettre fin aux attaques, notamment à la torture et à d'autres actes de violence dirigés contre des civils.»

La séquence montre au moins quatre combattants séparatistes qui menacent et torturent l'homme, qui ne porte que son sous-vêtement, le forçant à s'asseoir sur des morceaux de papier en feu et à le frapper avec des bâtons et des machettes.

Une analyse du dialogue dans la vidéo révèle que la victime est un chauffeur du village de Bali qui transportait des produits pour Brasseries du Cameroun, une entreprise publique opposée aux séparatistes. Ils ont interdit la commercialisation, l’achat et le transport de ses boissons dans les zones qu’ils contrôlent.

On peut entendre des séparatistes accuser le conducteur de vendre des produits des Brasseries dans les régions de Bali et de Batibo, dans la région du Nord-Ouest. La victime, qui n'a pas encore été identifiée, demande à ses bourreaux d'arrêter, mais ils menacent de le «laver à l'essence», ce qui implique qu'ils vont le tuer.

Les assaillants et la victime parlent le mungaka, une langue courante parmi les communautés de Bali. La vidéo semble avoir été tournée au lycée technique gouvernemental de Bali, comme le montre l'écriture sur un pupitre d'école à la marque 05:41 dans la vidéo. Cinq personnes de Bali qui connaissent bien l’école ont déclaré à Human Rights Watch que c’était l’école dans la vidéo.

Ils ont également déclaré que les séparatistes détiennent et abusent des otages là-bas. L’école, qui pouvait accueillir plus de 800 étudiants, est fermée depuis la mi-2017 en raison de la violence et du boycott de l’éducation par les séparatistes pour rendre la région ingouvernable et pour signaler que la situation dans les régions anglophones est intenable.

Les séparatistes appartiennent probablement à un groupe qui contrôle Bali, dont le chef était connu sous le nom de Général Koraman. En mars, une vidéo de Koraman déclarant que lui et ses hommes intercepteraient des véhicules des Brasseries du Cameroun a fait surface. Des sources suggèrent que la vidéo a été tournée dans la première quinzaine de mai. Des rapports fiables indiquent que Koraman a été tué le 1er juin.

Depuis la fin de l'année 2016, les régions anglophones du Cameroun sont aux prises avec une violence meurtrière qui a coûté la vie à plus de 1 800 personnes et contraint un demi-million de personnes à fuir leur domicile. Les forces gouvernementales ont tué des dizaines de civils, incendié des centaines de maisons et utilisé la torture et la détention au secret contre des personnes soupçonnées d'appartenir à des groupes séparatistes, avec une impunité quasi totale. Les séparatistes armés ont tué des centaines de membres des forces de sécurité et agressé et kidnappé des centaines de personnes au cours de leurs attaques croissantes et de leurs appels croissants à la sécession des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Depuis l'escalade de la crise, les séparatistes armés ont utilisé des écoles comme base, déployant des combattants et des armes et tenant en otage des personnes à l'intérieur et à proximité d'eux. Les séparatistes ont perturbé la vie normale dans les zones qu’ils contrôlent en imposant des grèves, en s’attaquant systématiquement aux bâtiments scolaires et en menaçant de violences les responsables de l’éducation et les étudiants s’ils ne se pliaient pas à la demande séparatiste de boycotter les écoles.

Dans une affaire, des séparatistes armés ont enlevé deux enfants âgés de 16 et 17 ans à leur domicile de Nkwen, Bamenda, dans la région du Nord-Ouest, le 8 juin au matin. Leur père a déclaré à Human Rights Watch que les séparatistes accusaient les enfants de poursuivre leurs études. Examen du certificat général: «Ils sont arrivés avec des motos, ils sont entrés dans la maison avec des fusils et ont menacé tout le monde. Ils ont dit que mes enfants défiaient l'interdiction de l'éducation. Ensuite, ils les ont emmenés. Ils ont appelé pour demander une rançon. Je ne sais pas comment je vais trouver l'argent. J'ai peur que ma fille soit violée. »Les enfants ont été battus et relâchés trois jours plus tard, à la suite d'une rançon.

Les séparatistes armés ont également torturé des dizaines de personnes. Au cours de l’année écoulée, Human Rights Watch a documenté de nombreux cas de torture par des séparatistes armés à l’encontre de travailleurs de la Cameroon Development Corporation, qui travaillent dans les plantations de bananes de la société situées près de Tiko, dans la région du Sud-Ouest. Les travailleurs ont été battus ou mutilés parce qu'ils ont refusé de participer à une grève générale organisée par les séparatistes.

Le 18 juin, les séparatistes ont enlevé au moins 40 personnes, dont des femmes et des enfants, voyageant dans un convoi de quatre véhicules à Bafut, dans la région du Nord-Ouest. Human Rights Watch s'est entretenu avec deux personnes qui se sont échappées. Un homme de 37 ans de Wum a déclaré qu'une vingtaine de séparatistes armés avaient tendu une embuscade aux véhicules: «Ils sont sortis du bois, ont tiré en l'air et ont arrêté les voitures. Ils criaient: «Amba! Amba! ’(Abréviation de« Amba Boys », combien de séparatistes sont connus et comment ils se réfèrent eux-mêmes) et menaçaient de tirer sur les femmes.» Les séparatistes ont battu et volé les personnes, puis les ont relâchées le 19 juin.

Les partenaires internationaux du Cameroun et le Conseil de sécurité des Nations Unies devraient imposer des sanctions ciblées aux dirigeants séparatistes qui portent la responsabilité d’abus, y compris de torture et d’occupation d’écoles, a déclaré Human Rights Watch.

La vidéo de la torture à Bali a été diffusée quatre semaines avant qu'un bureau régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale informe le Conseil de sécurité des Nations Unies le 4 juin. Neuf organisations de défense des droits de l'homme ont exhorté le Conseil de sécurité à se concentrer sur la situation humanitaire et des droits de l'homme dans les régions anglophones.

«Les séparatistes devraient savoir que le monde leur prête attention et que les responsables d'actes de torture en subiront les conséquences», a déclaré Mudge. "Les séparatistes armés devraient laisser les enfants reprendre leurs études et cesser d'utiliser les écoles pour mener leur campagne."

Toute l'actualité lue sur internet...

Vivez une meilleure expérience en utilisant notre application mobile
237 Actu.
Vous pouvez télécharger gratuitement celle qui s'installe sur votre téléphone en cliquant sur un des boutons ci-dessous.

Non, plus tard, Merci!

237 Actu