. Marcel Niat Njifenji

Marcel Niat Njifenji pense que les éléments de la brigade Anti-Sardinards (BAS) sont des « esprits égarés et manipulés ».

Le tout premier président du Senat Camerounais n’a toujours pas digéré l’humiliation que le président Paul Biya a essuyée il y a de cela quelques jours à Genève en suisse, où un groupe de farouches opposants à son régime a décidé de perturber son sejour helvétique.

Marcel Niat Njifenji, a donc continué de manifester sa désapprobation face aux actes de la BAS, c’était mardi dernier lors de la plénière de clôture de la session parlementaire. L’homme politique a dénoncé les agissements de ces compatriotes de la diaspora qui ont décidé de perturber la visite estivale du chef de l’Etat.

« A ces agissements récurrents, le Sénat qui représente toute la nation, exprime par ma voix son indignation et dénonce fermement ces comportements inadmissibles », a déclaré Niat Njifenji. Pour lui, respecter le président de la république et les institutions qu’il incarne est une marque de civilité.

Niat Njifenji a rappelé que le Sénat qu’il représente apporte au président Paul Biya tout le soutien  pour la réussite du septennat des Grandes opportunités.

Pour rappel, arrivés sur les bords du lac Léman le dimanche 23 juin au soir, Paul et Chantal Biya souhaitaient séjourner plusieurs semaines à l’hôtel Intercontinental. Malheureusement, rien ne s’est déroulé comme prévu. Ses opposants politiques n’ont pas cessé de perturber leur séjour. Et les membres du service de sécurité du président Biya se sont montrés si violents vis-à-vis d’un journaliste de la radio suisse que la justice genevoise a condamné six d’entre eux à de la prison avec sursis.

Face à tous ces évènements, les autorités helvétiques ont trouvé mieux de se débarrasser de cet hôte devenu encombrant.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur