Les mouvements d’humeurs vécus dans les prisons de Kondengui et de Buea, les 23 et 24 juillet dernier ne cessent de susciter des réactions au sein de l’opinion public.

En effet, cela fait précisément 4 ans que l’alerte sur le risque d’une mutinerie dans les prisons avait été lancée, avec pour cause la surpopulation carcérale que vivent les détenus camerounais. La prison de Kondengui par exemple initialement conçue pour 1000 détenus, en contient environ 6000 aujourd’hui. Ainsi, le président Paul Biya, via le ministre de la communication a pris un ensemble de mesures de décongestion des prisons.

Lors d’une conférence de presse tenue ce week-end, René Emmanuel Sadi, ministre de la communication, a déclaré que le chef de l'Etat avait prescrit des mesures spéciales afin d'éviter une répétition des émeutes dans les prisons.

«Face à ces incidents graves perpétrés dans un environnement carcéral manifestement sensible, et en ce qui concerne le problème récurrent de la surpopulation carcérale au Cameroun, le Président de la République, Son Excellence Paul BIYA, a ordonné au gouvernement de prendre toutes les mesures appropriées: pour accélérer les procédures judiciaires en cours; suivre de manière rigoureuse le renforcement des mesures disciplinaires dans toutes les institutions pénitentiaires du pays», a déclaré le ministre.

 

Redigé par: Mounir Luqman

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur