Clash Boris Bertolt et Modestine Carole Tchatchouang Yonzou sur Facebook : L’universitaire Laziz Nchare recadre

Ces deux personnages, tous opposés au régime de Yaoundé, se livrent en spectacle depuis quelques jours sur facebook. Tout est parti des multiples posts dans lesquels Modestine Carole Tchatchouang Yonzou, fustige les méthodes de lutte dans ce qu’ils appellent « résistance », non sans tirer sur certains de ses camarades qui profitent selon elle du combat pour se faire des dividendes. Courroucé, l’activiste et lanceur d’alertes Boris Bertolt va rappeler à l’ordre sa jeune sœur. Sauf que la polémique va rapidement s’enfler et prendre une nouvelle tournure quand l’écrivaine Modestine Carole Tchatchouang Yonzou qui se présente comme « Docteur » va titrer violemment sur Boris Bertolt, le qualifiant de « commerçant illuminé et collecteur de Tontine ». Des lors, Boris Bertolt va revenir à la charge mettant clairement en doute le titre de « Docteur » de son vis à vis. Des répliques épistolaires vont s’enchainer. En bon arbitre, Laziz Nchare, journaliste universitaire camerounais installé aux USA va donc intervenir pour recadrer.

Lisons sa sortie

EST-IL POSSIBLE D’OBTENIR UN DOCTORAT SANS AVOIR AU PRÉALABLE AVOIR DÉFENDU SA THÈSE?

La réponse en un mot c’est: « NON » et en une phrase c’est: « Seule La Défense de votre thèse devant un jury constitué avec une décision assortie de votre défense vous autorise à réclamer les droits qui vont avec le titre «Docteur » dans le milieu universitaire. Beaucoup confondent encore le mot « thèse » avec le mot « Doctorat »! C’est quoi la différence? Le doctorat renvoie au diplôme que l’on obtient.

C’est d’ailleurs le plus haut diplôme délivré à l’université et internationalement reconnu. C’est la période de préparation du doctorat que l’on appelle «la thèse », c’est en ce moment que l’on parle de s’inscrire en « thèse », ce qui signifie s’inscrire en doctorat. Être inscrit en thèse ne veut pas automatiquement dire avoir défendu cette thèse, dans ce cas, une fois inscrit en thèse, vous êtes dans le rubrique de « projet de thèse »!

La thèse elle même fait référence au document que le candidat en doctorat devra écrire et présenter à un jury pour obtenir son diplôme de doctorat qui couronne la rédaction de sa these de recherche. On parlera donc de « faire une thèse » au lieu de « faire son doctorat », car la thèse en est le plus gros morceau de cette phase de la recherche scientifique! Le candidat doit réaliser son doctorat sous la supervision d’un « Directeur de Thèse », qui le guidera tout au long de son doctorat. Il faut par conséquent identifier un bon directeur de thèse, qui aura accepté d’encadrer le candidat , avant qu’il ne commence son doctorat.

Le doctorat est le plus élevé des diplômes internationaux et il s’obtient au bout de 3 ans (plutôt en sciences « exactes ») à maximum 6 ans (plutôt en sciences humaines et sociales). Rappelons aussi qu’en France, près de 15 000 doctorats sont délivrés en chaque année : 46 % en sciences et techniques, 20% en Biologie-Santé, 20 % en sciences humaines et 14 % en sciences sociales. Les universités américaines délivrent en moyenne 50, 000 Ph.Ds chaque année. Ceci pour expliquer à quel point le marché de la recherche scientifique est saturé. RÉDIGER ET SOUTENIR SA THÈSE En plus des activités expérimentales ou d’étude, tous les candidats de doctorat doivent rédiger une thèse, qui est un document d’au moins 200 pages.

C’est possible d’inclure à votre thèse les articles que vous aurez publiés dans des revues scientifiques. Sa rédaction prouve que vous avez acquis un certain nombre de compétences : esprit de synthèse, sens critique, connaissances bibliographiques, etc. Une fois la thèse rédigée, elle doit être validée par 2 rapporteurs, et vous aurez ensuite le droit de « soutenir » votre thèse, ce qui signifie que vous pourrez la présenter à l’oral devant un jury. Cette épreuve orale vous permet d’exposer la méthode de recherche et ses résultats avant d’en débattre avec les membres du jury. La soutenance de thèse est généralement publique. Cette soutenance, et la thèse elle-même sera publiée par l’université et sur le site www.theses.fr.

POUR REVENIR DONC À LA TRISTE POLÉMIQUE DE FAUX DIPLÔMES À CE NIVEAU EN 2019 AU CAMEROUN

Comment expliquer donc ces jongleries de nos compatriotes qui brillent dans leur nombrilisme et leur narcissisme la où toutes les ressources électroniques sont disponibles pour prouver si oui ou non un candidat à bel et bien fini sa thèse? Ce n’est pas très sorcier de démontrer cela en un seul clic. Les prochaines fois que l’on vous accuse d’avoir un « faux doctorat », pour laver votre honneur et passer à autre chose, il vous suffira de fournir les éléments suivants:

(1) La décision du votre jury de votre soutenance publique qui précise:

(a) le thème de votre thèse,

(b) la date, (c) le lieu,

(d) les membres du jury et

(e) la mention que vous avez obtenue.

(2) Le site internet (exemple: www.theses.fr en France et ProQuest Dissertations & Theses Global pour les États Unis qui couvre un vaste répertoire de thèses dans toutes les disciplines). Ne nous parlez plus surtout de problèmes de mise à jour en 2019!

Parce que la réalité est que ces sites sont mis à jour de manière régulière. Si votre thèse ne s’y trouve pas, ça veut dire que vous ne l’avez pas vraiment soutenue! (3) La première ou quatrième de couverture de votre thèse, cela est une pièce à conviction qui rassure tous ceux qui douteraient que vous n’avez pas complété les travaux de votre thèse.

(4) la soutenance étant publique, vous pouvez fournir une photo de ce grand événement où on y trouvera vos collègues et vos proches. Ne venez pas nous mentir que votre ordinateur à crashé avec toutes vos photos, c’est un mensonge. Les témoins à cette soutenance ont encore des photos!

(5) une copie de votre diplôme (accompagnée des relevés des notes).

(6) 2 rapports de soutenance de votre thèse rédigés par deux membres de votre jury qui évaluent le fond et la forme de votre travail afin de démontrer la pertinence de votre thèse et surtout si elle peut enfin être soutenue. Voilà entre autre les éléments essentiels à produire pour démontrer qu’effectivement vous avez été régulièrement inscrit en doctorat et qu’au finish vous avez soutenu votre thèse.

CE QUI NE PEUT CONVAINCRE PERSONNE C’EST DU VERBIAGE AUTOUR DE VOTRE VIE PRIVÉE

J’ai été scandalisé hier de lire les justifications erronées d’une candidate en doctorat qui a multiplié dès contre vérités dans une arrogance qui frise simplement la folie.

Par exemple, le bonne dame s’est évertuée à dire sans rire que les États Unis l’aurait suppliée d’obtenir la nationalité Américaine. Même un fou peut se rendre compte d’un tel mensonge irresponsable.

Aux États Unis, mêmes les prix Nobel de la recherche doivent faire une demande pour obtenir plutôt le carte de résidence permanente avant de faire le demande de la nationalité américaine. Personne ne peut obtenir la nationalité américaine de manière automatique en dehors des enfants nés sur le sol Américain.

Je me passe des autres contre vérités selon lesquelles la candidate en doctorat aurait corrigé le programme politique du Professeur Kamto.

La encore, c’est une prestidigitation irresponsable. Même si l’on vous invite à une réunion politique, cela ne vous confère aucun droit d’affirmer au monde entier que vous avez corrigé un programme de ce parti. C’est irresponsable. Si l’on apporte des suggestions, c’est possible, le terme « corriger » est une insulte à l’endroit de tout le bureau politique du MRC.

Un peu de modestie n’enlève absolument rien à la hauteur de nos « docteurs », surtout si l’on est « psychologue »!

Les « sciences politiques » et la « psychologie », c’est deux mondes différents. Il faut que les Camerounais apprennent à faire preuve d’humilité dans leurs sorties publiques.

Comment on fait pour être « simple activiste » qui n’est même pas « membre du MRC » pour prétendre corriger le programme politique de ce mouvement? C’est la l’indice d’un narcissisme irresponsable.

MOTS DE FIN

Le Cameroun traverse une passe difficile. Ne laissons pas le soin aux égocentriques de détruire l’opposition. On ne peut pas en même temps se battre pour le changement et se mettre à détruire l’action de ceux qui meurent en prison pour ce changement. On ne peut pas venir se mirer en public et prétendre lutter pour le changement. C’est absurde, ne nous laissons plus distraire. On doit mobiliser plus large non seulement pour exiger la liberté pour tous les détenus politiques, mais surtout la fin de la guerre dans les zones anglophones. C’est ça la lutte.

Disons non à la distraction de ces « agents » de l’ombre qui font des pieds et des mains pour que l’on ne parle que d’eux dans le vide là où ils brillent malheureusement dans l’imposture scandaleuse.

Laziz Nchare,

New York,

le 31 Août 2019.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur