Curiosité : Déclaré mort en pleine audience à Douala en janvier 2019, un coaccusé d' Essimi Menye est repéré au Canada

Essimi Menye

François Tchakui, Patron du cabinet Challenger, déclaré mort en janvier 2019, se la coulerait douce en Amérique du Nord, selon une source du journal Le Week-end qui rapporte cette information

Un témoin anonyme, cité par le journal, soutient mordicus avoir aperçu François Tchakui déclaré mort le 28 janvier 2019 après un malaise cardiaque en pleine audience à la Cour d’Appel du Littoral.

Ce complice d’Essimi Menye, ex Minfi, plusieurs fois condamné à vie pour détournement de fonds publics mènerait une vie tranquille dans une petite ville au Canada.

Info ou Intox?

Aussi vraisemblable que peut paraitre cette information, reste que certaines coïncidences troublent un tout petit peu les esprits, écrit le journal.

Le concerné, qui était un Ancien de l’église à l’Eglise Evangélique du Cameroun était selon ses connaissances, très proche de sa religion. Qu’est ce qui a donc pu ébranler sa foi au point qu’il se convertisse en musulman une fois en prison ? S’interroge la source du journal. Avant d’expliquer que "Chez les musulmans on ne traîne pas avec le corps. En optant pour cette religion, il était sûr et certain que les formalités de la morgue de mise en bière devaient lui être épargnées. Voilà pourquoi immédiatement après sa fausse mort, on a aussi annoncé son enterrement selon les rites en vigueur chez les Musulmans" .

La même source du journal  fait remarquer que la dépouille a été transportée à la va vite et enterrée au cimetière musulman de Soa.

Je peux vous dire qu’il nya jamais eu de deuil. Ensuite, comment comprendre que la localité de Melong (département du Moungo) d’où était originaire le défunt n’est pas le lieu de repos définitif de son fils ? s’interroge encore. Indiquant que près l’annonce de son décès, immédiatement l’action judiciaire a été éteinte à son encontre.

François Tchakui, coacusé d’Essime Menye, rapporte toujours la source du journal, faisait des allers-retours entre la prison et le Tcs. Un plan aurait donc été monté pour le sortir des griffes de la justice. Il ne restait donc plus que ce simulacre de mort pour permettre à François Tchakui de se faire oublier dans cette affaire et de se la couler douce ailleurs. Des centaines de millions de Franc CFA auraient été mis en jeu.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur