George Gilbert Baongla

George Gilbert Baongla était hier au tribunal de premier instance de Yaoundé centre administratif, c’était dans le cadre de l’affaire qui l’oppose au PDG du groupe L’Anecdote, patron de la télévision Vision4, Jean Pierre Amougou Belinga.

Rendu à la 6e audience, Vision 4 télévision qui a jusqu’ici consacré pas mal de reportages sur cette affaire, était encore au devant de la scène. Les reporters de ce media basé à Nsam, sont entrés dans l’enceinte du tribunal pour braquer leurs cameras sur celui qui dit être le fils ainé de Paul Biya. Une «hyper puissance » que dénonce Morgan Palmer, vice-président et porte-parole du parti Républicain, dont George Gilbert Baongla est le président.

«Ils font plus de la communication que du journalisme depuis le début. Ne donnant jamais la parole à la partie adverse pour équilibrer l'information », fustige Morgan Palmer, indqiaunt qu’il est inadmissible de venir filmer Georges Gilbert Baongla et ses proches dans l'enceinte du tribunal. « Qui autorisé ça? Pourquoi se sentent-ils ce droit? Est-ce l'expression sous-jacente d'une hyper puissance ? Sont-ils prêts à assumer jusqu'au bout la culture du Far West qu'ils sont en train d'ériger par ces jubilations qui méprisent les règles du droit à l'image? », S’interroge l'ancien journaliste.

Dans son argumentaire, Morgan Palmer explique que quand la justice dans un pays commence à produire de l'injustice, on assiste alors à la montée de tous types d'extrémismes. Il rappelle que « les tenants du pouvoir judiciaire camerounais doivent savoir qu'ils ne sont un pouvoir que parce que le peuple du Cameroun leur a accordé une délégation ».

Toujours avec le même ton, Palmer dit que « si chacun de nous se sentant lésé, commence à réparer ses torts à sa manière, alors en lieu et en place du pouvoir judiciaire, l'on aura le pouvoir de l'hémoglobine ».

« Au Parti Républicain, nous militons pour que l'avenir soit réconciliateur et non vengeur, nous appelons donc les uns et les autres a cesser d'exacerber les haines et les antagonismes», conclut-il. Le procès a été renvoyé.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur