Abel Elimby

Certains hommes politiques ont claqué la porte en dénonçant l'absence de débat sur les vraies raisons de la crise.

Après Me Akere Muna et Alice Sadio, ou encore Jean Jaques Ekindi (qui est revenu sur sa décision), Abel Elimby claque lui aussi la porte, 4 jours après l’ouverture des travaux du grand  dialogue national

Lire sa déclaration

"J'ai claqué la porte de la commission décentralisation du Grand Dialogue National parce que dans le rapport des travaux de notre commission, les avis du Littoral n'ont pas été pris en compte. Des avis qui demandent que l'Etat préserve les droits des populations autochtones de Douala. On n'a pas pris en compte les revendications des populations autochtones du Littoral. J'ai même demandé et j'ai difficilement obtenu la parole à ce sujet, les gens se sont mis à crier et le Président de la commission n'a pas pris en compte cet avis. J'ai donc dit que si on ne veut pas prendre en compte les revendications des autochtones du Littoral, JE CLAQUE LA PORTE."

"Nous ne pouvons pas accepter par exemple qu'au Sénat, 08 personnes du littoral soient représentées alors que pour l'Ouest, c'est 12 personnes. Je défends l'autochtonie et c'est du droit des populations du littoral " " Je vous dis que les autochtones du Littoral sont en danger!!! Bientôt les autorités (Maires, Conseillers Municipaux, et autres) risqueront d'être originaires des autres régions. Peut-être il faut que je prenne aussi les armes pour me faire entendre. Est-ce qu'un autochtone de l'Ouest doit venir prendre la place d'un autochtone du Littoral? Tout ça parce qu'il veut gérer le développement économique du Littoral. Je souhaite que la population du Littoral soit constituée de 80% d'autochtones, et de 20% des autres régions."

Abel Elimby

LOBE Homme politique

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur