« Divorcé en 2006 d’un précédent mariage, les visites de ma compagne étant rendues difficiles car elle n’avait pas de statut officiel par rapport au prévenu que j’étais, et cette épreuve ayant consolidé notre couple, nous avons décidé de nous marier ».

L'ancien patron de la Camair et de la CBC a dit oui à Cécile Emerziane à la prison de Nkondegui à Yaoundé le 27 Avril 2011. Mariage célébré par feu Théophile Abega, alors 6e adjoint au maire de Yaoundé IV. Même si les petits plats ont été mis dans les grands, les mariés n’ont pas eu droit à la traditionnelle nuit de noces. Yves Michel a été reconduit dans sa cellule... Septembre 2019. Le mouroir de Nkondegui s’habille à nouveau de rose et d’amour. Valsero convole en justes noces avec une diplomate européenne.

L’élue de son cœur n’est rien d’autre qu’Erja Kaikkonen. Elle dirige la section politique de la délégation de l’Union européenne à Yaoundé. « La cérémonie, très discrète, se déroule à la prison principale de Yaoundé », signale la presse. De fait, les jours n’ont pas toujours été aussi colorés dans les cachots camerounais. Les murs, irrémédiablement peint de gris-souffrance, rendent compliqué la vie sentimentale des prisonniers Vip. Faute d’unités de ’respiration intime’ au sein des prisons camerounaises. On peut se hasarder à estimer, faute de statistiques, que sur 60 détenus dit Vip, 40 ont connu le divorce en plein détention ; le reste a vu leur foyer flotter.

En réalité, moins de 5 détenus ont gardé le noyau familial intact. « Et dans ce dernier échantillon, nous confie un résident du ‘ngata’, on trouve des couples qui ont dépassé 70 ans dont les femmes ne trouvent pas nécessaires de divorcer, « attendant patiemment la sentence biologique très active dans les mouroirs que constituent les prisons camerounaises ». Face aux dures épreuves de détention, beaucoup de couples ‘jeunes’ se séparent. Tout simplement parce que « les conditions de détention ne permettent pas le développement de la famille nucléaire ».

Dès lors qu’un des conjoints est en prison, les relations intimes sont arrêtées définitivement. Fragilisant les liens de mariage. On perd tout dès le jour où on est placé sous mandat de dépôt dans les prisons du Cameroun : la femme se trouve un petit ami pour pallier à l’absence du mari ; les enfants n’ont plus de repères faute d’autorité paternelle. un haut cadre d’un grand ministère a laissé ses enfants tout petits. Au sortir de la prison longue durée, sa fille était enceinte. Entretemps, la cour suprême libère le père, La fille panique, tente un avortement et décède…48h seulement après la libération de son père. Certains détenus se livrent à la surveillance du domicile conjugal à partir de la prison.

A 3h ou 4h du matin, les trois quart des prisonniers appellent leurs épouses pour vérifier si elles ont dormi à la maison, en demandant de parler aux enfants. Ce qui pose un problème de suspicion permanente et de stress. Un ancien détenu est décédé en cellule il y’a moins d’un an. On lui avait révélé l’infidélité de sa femme et donné le nom de son rival. Malade, il avait été conduit à l’hôpital d’où il s’est enfuit en pleine nuit. Histoire de surprendre son épouse au lit avec un autre, il a pris une moto pour la maison. Mais il n’a pas pu aller jusqu’au bout car le gardien de prison s’est mis à sa poursuite et l’a rattrapé. On a ramené le fugitif en prison. Il a écopé de sept ans pour tentative d’évasion, mais il ne s’est pas calmé pour autant ; jusqu'à ce que mort s’ensuive une nuit… Une femme vertueuse qui attend six ans son mari, c’est humainement impossible, commente t-on en milieu carcéral. Dans les cellules Vip, la conséquence est ce que les médecins appellent le « stress oxydatif » qui tue. Le détenu souffre d’insomnie à imaginer sa femme dans les bras d’un rival libre et disponible…

 

* Facebook

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur