Cameroun : « La longévité du président Paul Biya est un bonus», Jacques Fame Ndongo

Jacques Fame Ndongo

Âgé de 86 ans donc 37 au pouvoir, Paul Biya tient fermement le gouvernail et ne semble toujours pas prêt à quitter le Palais d’Etoudi.

À 86  ans, le vieux président s’apprête à célébrer le 37è anniversaire de son accession à la magistrature suprême.

En effet, le 4 novembre 1982, le tout premier Président du Cameroun Ahmadou Ahidjo démissionne après 22 ans. Il céda constitutionnellement son fauteuil à Paul Biya, alors Premier Ministre. Ce dernier prêtera serment le 6 novembre 1982

Après 37 ans passés à la tête du pays, celui qui avait failli être prêtre a un bilan mitigé (Il est passé par le séminaire avant de poursuivre ses études au lycée général Leclerc de Yaoundé, puis en France, grâce à une bourse).

Pour Jaque Fame Ndongo, ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement Supérieur, et par ailleurs secrétaire à la communication du RDPC, le bilan de président Biya est largement positif. « Le renforcement de la sécurité, la démocratie à travers la liberté de la presse notamment avec l’arrivée de la liberté de la presse qui a vu naitre aujourd’hui des centaines de journaux, les radios ainsi que les chaines de télévision », se félicite-t-il. Avant de mentionner les grands projets structurants comme le port en eau profonde Kribi, barrage hydroélectrique de Memve'ele, Lom-Pangar, Mekin ou encore les routes.

Au sujet de sa longévité, le membre du gouvernement ne passe pas par quatre chemins pour expliquer que c’est un « bonus » pour le Cameroun.

Paul Biya à François Hollande et à la presse avait declaré: « Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais dure qui peut»