Massanga Nyamding

Le très fidèle biyaïste, le prof Pascal Charlemagne Massaga Nyamding, n’a toujours pas décroché jusqu’ici un poste dans l’exécutif camerounais,  encore moins une simple promotion politico-administrative de premier plan.

Le prof Messanga Nyamding a fait ce matin sur radio Equinoxe l’autopsie des 37 ans du renouveau de Paul Biya, 2eme président du Cameroun indépendant.

L’universitaire et politologue a essentiellement centré son argumentaire sur les points sombres qui ont plombé la politique de rigueur et de moralisation de son champion, notamment la corruption, les détournements massifs de fond publics, ou encore l’absence d’une justice sociale qui n’est restée qu’un slogan creux.

Le membre du comité central du parti au pouvoir le RDPC, a également mis à l’actif des échecs du renouveau la crise sécuritaire qui fragilise les régions du Nord-Ouest et Sud-ouest. Il a par ailleurs insisté sur la politisation de sa société et le phenomene de « copinage ».

« Regardez comment se font aujourd’hui les nominations, on ne sait pas comment on fait pour devenir ministre. Les copains et les coquins sont partout et le pays est pris en otage par les hauts fonctionnaires », a regretté le prof Messanga Nyamding, coordonateur national du mouvement des Biyaistes.

Dans ses envolés, l’enseignant permanant à l’IRIC, a fustigé le fonctionnement du secrétariat général de la présidence de la république. Lieux par excellence où se fabrique selon lui toutes les nominations. «Quand vous n’êtes pas l’ami du ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence de la république (Ferdinand Ngo Ngo Ndlr), vous ne pouvez pas être promu. Le pays va très mal », s’est-il indigné.

Le prof Messaga Nyamding a rappelé que Paul Biya était arrivé au pouvoir le 6 novembre 1982, pour apporter la rigueur et la moralisation, malheureusement il n’a pas été aidé par ses ministres qui n’ont pour seul rêve que de devenir président. « 37 ans, le peuple ne doit pas être pris en otage, nous avons de vrais problèmes. Il faut qu’on éponge », a-t-il déclaré. Indiquant qu’un complot politico-mystique est en train d'être peaufiné par certains pontes du régime pour faire tomber le locataire du Palais d’Etoudi.

Nombreux sont des observateurs du landernau politique camerounais qui voyaient le prof Messanga Nyamding, dans le premier gouvernement des grandes « opportunités ». Mais, les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs, transformant ainsi l’espoir d’une longue attente de décrocher un poste dans l’exécutif camerounais en un véritable cauchemar.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur