11 gardiens de la prison principale de Mbanga, soupçonnés d'être infectés au nouveau coronavirus (COVID-19) ont été mis en quarantaine.

Le régisseur de  ce pénitencier, a déclaré dans un communiqué signé le 02 avril qu’il y a « suspicion de contamination au Covid-19 ». Cette mesure barrière du régisseur concernait, apprend-on, des Gardiens chef de prison, de Gardien principaux de prison, de Gardiens major de prison et de Gardiens de prison. Ils reprendront le service le 13 avril s’ils ne développent pas la maladie.

Parlant du Cameroun, Human Right Watch a indiqué dans une déclaration qu’il est impératif de protéger la population carcérale du Coronavirus.

Plus de 5 000 personnes sont actuellement en détention à la prison centrale de Yaoundé, soit 5 fois plus que sa capacité. La majorité de ces personnes se trouvent en détention préventive, dans l’attente de leur procès, a rappelé l’ONG américaine.

L’organisation de défense des droits de l’Homme a déclaré que « les autorités camerounaise devraient remettre en liberté les prévenus dont la détention provisoire n’est pas absolument justifiée pour des raisons de sécurité publique, et mettre en place un système permettant d’envisager une libération anticipée ou une liberté surveillée pour les détenus les plus exposés au risque représenté par le virus, notamment les plus âgés et ceux dont l’état de santé rend le virus encore plus dangereux pour eux, ainsi que ceux qui sont détenus pour des infractions mineures. Sans cela, la santé et la vie de milliers de personnes seront en danger. »

Redigé par: Liliane EYenga

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur