Le juge à la retraite salut par ailleurs le courage dont a fait montreCharlotte Dipanda

Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, la chanteuse aux douces mélodies, sans ambages, déclare que le régime actuel est arrivé à bout de ce qui pouvait proposer au Cameroun. Autrement dit, il est temps pour Paul Biya de céder sa place à quelqu’un d’autre.

Charlotte Dipanda se dit déçue de n’avoir connu qu’un seul président. « J’avoue que moi par exemple, je n’ai connu qu’un seul président, le président actuel. Qu’est-ce que ça ferait du bien d’avoir une autre proposition, de se dire que c’est une époque qui inéluctablement révolue aujourd’hui. Et qu’on a besoin de voir ce que pays peut apporter à cette jeunesse-là qui est différente, parce que c’est une jeunesse qui aussi ouverte à l’extérieur qui voit ce qui se passe ailleurs et qui l’espère pour son pays. En tout cas il est temps qu’on propose autre chose. », Fulmine-t-elle.

La célèbre musicienne était sans compter qu’elle sera vouée aux gémonies pour avoir osé donner son avis sur une question semble taboue dans son pays.

« Il est temps que le Cameroun se développe. Parce que tant qu’il n’y a pas d’alternance il n’y a pas véritablement de développement possible. Je pense que l’Etat actuel est arrivé à bout de ce qui pouvait proposer au Cameroun et qu’humblement il gagnerait à céder la place à une nouvelle gouvernance. Sans rancune ! », Ajoutait  l’auteur de la chanson à succès « coucou ».

L’ex avocat général à la Cour Suprême a réagi à travers un message sur sa page Facebook, en prenant la défense de l’icône de la musique camerounaise. Il s’ est indigné du bashing dont elle est victime, au point d’omettre ses loyaux services rendus à la nation, notamment en interprétant l’hymne officiel de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) féminine organisée en 2016 par le Cameroun.

«Charlotte Dipanda était une superstar, chèrement saluée, aimée et acclamée, quand elle a chanté pour les festivités sportives. Maintenant qu’elle a proclamé la vérité, maintenant que le Saint-Esprit l’a guidée, les langues de démon sont fâchées et la diffame», a exprimé Paul Ayah Abine.

Ce militant du People Action Party (PAP), un parti d’opposition, salue cette prise de position de l’artiste, et fustige «l’hypocrisie camerounaise» sur ce coup, car pour lui, la politique de façade est «un syndicat du crime».

Redigé par: Yann Vlad Atanga

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur