Martin Mbarga Nguele

Martin Mbarga Nguele est immédiatement passé à l’offensive après avoir été broyé sur Vision 4.

En effet, Club d’Elites du dimanche passé, une émission à très forte audience de Vision4, s’est transformée en une véritable arène de règlements de comptes. Martin Mbarga Nguele, en a fait les frais.

Le Délégué général à la Sûreté nationale, a littéralement été démolit au cours de cette émission. Le patron de la police camerounaise, en voudrait au PDG du consortium l’Anecdote, Jean Pierre Amougou Belnga, pour avoir programmé son autopsie sur sa chaine de télévision.

La pomme de discorde serait une affaire de 15 milliards de FCFA, dont le partage aurait mal tourné, croit savoir certaines langues.

La colère du vieux flic

Selon les informations glanées par le lanceur d’alertes Boris Bertolt, Amougou Belinga bénéficiait d’une protection particulière au frais du contribuable camerounais. « 13 policiers avaient été affectés pour la sécurité de son domicile et celui de Vision4 », relève l’ancien journaliste du quotidien Le Jour. « Cependant l’amitié ne filant plus du bon coton entre les deux, Mbarga Nguele a décidé de reprendre ses choses », poursuit Boris Bertolt.

« Hier soir, alors qu’il était tranquillement au téléphone et devant sa télévision, Amougou Belinga se rend compte que les policiers qui gardaient en permanence sa résidence ont subitement disparu. Ceux qui étaient à VISION 4 se sont évaporés », informe encore ce lanceur d’alertes.

A en croire Boris Bertolt, Mbarga Nguele a donc décidé, après le lynchage dont il a fait l’objet sur Vision4, de signer l’affectation de ces policiers qui gardaient le domicile de Jean Pierre Amougou Belinga et Vision 4, ceci dans des régions éloignées. « Certains ont été affectés à Ayos, pour les chanceux à Eseka et les plus malchanceux à Yoko », renseigne Boris Bertolt, qui publie en même temps les notes de services portant affectation de ces policiers.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur