Alice SADIO

Depuis son passage sur les antennes de la télévision nationale camerounaise, Me Jean de Dieu Momo est la cible de toutes les critiques. Entre tribalisme et antisémitisme, les propos tenus par le Ministre délégué de la justice choquent aussi bien les communautés nationales qu’internationales, provoquant une avalanche de réactions.

Dans cette mouvance, Alice Sadio, SG/Plateforme pour la Nouvelle République, n’est pas restée en marge. Elle rêve d’une République où l'ethnie cessera d'être une prison mais plutôt un tremplin de diversité et d'enrichissement mutuel.

#CRY_MY_BELOVED_COUNTRY...

« Etablir un parallèle entre la #shoah et la communauté #Bamiléké !!! »

Me Momo Jean de dieu a évoquer avec beaucoup de légèreté l'antisémitisme et les chambres à gaz, c'est à dire la tragédie du peuple juif dont les auteurs et complices sont encore aujourd'hui traqués et jugés de par le monde dans tous les États démocratiques qui se respectent.

Pire, dans cette évocation accusatoire tendant à expliquer les raisons de l'irruption des chambres à gaz dans l'histoire de l'humanité, monsieur le ministre délégué de la Justice a fait un curieux parallèle, en guise d'avertissement à peine voilé à l'adresse de la communauté bamiléké dans un discours démontrant tantôt que cette communauté serait un frein pour le Cameroun, tantôt l'accusant de velléités hégémoniques.

Une telle posture de la part d'un membre du gouvernement en dit long sur la philosophie qui sous-tend la PENSÉE et les ORIENTATIONS du gouvernement constitué par Paul Biya pour parler au nom du peuple camerounais et défendre ses intérêts. Surtout lorsqu'on recoupe la récidive des déclarations du même registre sorties de la bouche d'une certaine élite sensée montrer la voie. Toutes choses qui nous semblent relever tout simplement de l'hérésie dictée par des motivations bassement alimentaires et conjoncturelles.

Considérant que le prétexte trouvé pour établir ce parallèle bamiléké-juif pour le moins tiré par les cheveux n'est autre que la présidentielle 2018 au-cours de laquelle les résultats officiels montrent pourtant que l'une des régions où le vote a été le moins tribal c'est justement la région de l'ouest, on est en droit de questionner la sincérité intellectuelle des tenants de cette thèse, tout comme on pourrait questionner l'idée qu'ils se font de l'Etat-Nation et du devenir du Cameroun.

L'#AFP par ma voix refuse de croire qu'une telle ligne communicationnelle reflète le vécu et le ressenti objectifs de la majorité du peuple camerounais qui vit en parfaite harmonie loin des concepts stigmatisant des réseaux sociaux et des essais manipulatoires des politiques et intellectuels aux desseins inavouables.

L'AFP croit en la CITOYENNETÉ TRANS-ETHNIQUE ET TRANS-PARTISANNE.

La Nouvelle République de nos rêves est une République dans laquelle les filles et fils de cette Afrique en miniature nôtre se définiront d'abord comme CITOYENS et seront égaux devant les droits et devoirs sensés régir la COMMUNAUTÉ NATIONALE.

Une République où l'ethnie cessera d'être une prison mais plutôt un tremplin de diversité et d'enrichissement mutuel.

Nous rejetons la République des ethnies catégorisées en plus intelligents et moins intelligents, en travailleurs et paresseux...etc. Car ces paradigmes sont fondamentalement faux et de surcroît conflictogenes.

Nous appelons de tous nos vœux la Nouvelle République où les enfants de l'Extrême-nord, de l'Extrême-sud, de l'Extrême-ouest, de l'Extrême-est jouiront des mêmes conditions optimales d'éducation et de formation professionnelle, afin que le mythe des ethnies a priori intellectuellement attardées soit banni pour céder la place à l'éclosion de nos génies du Nord au Sud, de l'Est à l'ouest dont l'État ne tire pas profit, faute de gouvernance adéquate.

Notre vision du Cameroun se veut une vision futuriste dont le premier pilier sera de donner une chance à L'ÉTAT-NATION, à la CITOYENNETÉ émancipée des cachots tribaux.

Alice Sadio,

Présidente/AFP

SG/Plateforme pour la Nouvelle République.

Redigé par: Georges KASSI

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur