Dans une motion de soutien à Paul Biya, les hommes politiques du Rdpc de cette partie du pays saluent la lutte contre la corruption et le détournement des derniers publics.

Alors que l’ex ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense (ex Minstransport) est dans les geôles de la prison centrale de Kondengui depuis le 8 mars dernier, ses frères de la région du Sud l’ont déjà lâché.

En effet, le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune de ce mercredi 13 mars 2019 a publié en ses pages 8 et 9, une motion de soutien à l’adresse de Paul Biya. Un document dans lequel, plus d’un millier d’hommes et de femmes politiques originaires du Sud, saluent la lutte contre la corruption. Convoquant en outre les principes qui en 1982 fondaient le renouveau : «rigueur et moralisation».

Ainsi, «Les forces vives du Sud » assurent soutenir «énergiquement la lutte menée par les pouvoirs publics contre la corruption, la délinquance économique en cohérence avec la politique de rigueur et de moralisation mise en œuvre par le président Paul Biya».

Mebe Ngo'o, quand tout allait encore bien...

«Les frères du Sud» d’Edgard Alain Mebe Ngo’o laissent également entendre que le chef de l’Etat n’interfère pas dans les affaires concernant le pouvoir judiciaire.

«Rappelons à ceux qui feignent de l’ignorer que son excellence Monsieur le président de la République est le garant constitutionnel de l’indépendance de la justice. Celle-ci a toujours dit le droit au nom du peuple camerounais et dans le strict respect du sacro-saint principe de la séparation des pouvoir.»

Une précision qui n’est pas innocente lorsqu’on sait que l’ex Mindef/ministre des Transports/délégué général à la sureté nationale/Directeur du cabinet civil de la présidence de la République est le «fils adoptif» de Paul Biya.

Cette motion de soutien conduite par Jacques Fame Ndongo, membre du Comité central et du Bureau politique du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) et ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, vient dès lors officialiser la position de l’élite de la région d’origine d’Egard Alain Mebe Ngo’o sur son incarcération. «Ils rendront gorge… »

Une allégeance au président de la République qui rappelle celle de juillet 2006 ayant eu pour contexte le 3ème congrès extraordinaire du Rdpc. Les ouailles de Paul Biya avaient en effet applaudi des deux mains, le discours du président national alors même que celui-ci promettait notamment de punir les personnes ayant puisé dans la fortune publique.

«Nous avons encore, je dois le dire un grave problème de morale publique. Malgré nos efforts pour les combattre, la fraude, les détournements de derniers publics, la corruption continuent de miner les fondations de notre société. J’ai eu souvent à m’exprimer sur le sujet et à dire ma détermination à éradiquer ces comportements asociaux. Des sanctions sévères ont été prises au cours des derniers mois. Nous n’allons pas nous arrêter en chemin.

Ceux qui se sont enrichis aux dépens de la fortune publique devront rendre gorge», avait déclaré Paul Biya. Au rang de ceux qui saluaient alors cette «croisade» du chef de l’Etat, se trouvaient d’anciens membres du gouvernement aujourd’hui dans les geôles de Kondengui, pour détournements de derniers publics.

 

Source: Nouvelles N° 4132

Redigé par: Yann Vlad Atanga

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur