Voici le film incroyable de l’incarcération du fils adoptif de Paul Biya, Edgard Alain Mebe Ngo’o

Edgard Alain Mebe Ngo’o

La rumeur a laissé place à la réalité : placé en garde-à-vue après une audition au Tribunal criminel spécial (TCS), spécialisé dans les enquêtes anticorruption, Alain Mebe Ngo’o, le fils adoptif de Paul Biya, a été incarcéré à la Prison centrale de Kondengui dans une sombre affaire de surfacturation supposée, cet ancien homme fort du Mindef chute aussi bas que l'a été son ascension fulgurante.

Voici le film incroyable de son incarcération, relaté David Eboutou, ancien consultant de la chaîne de télé privée Vision 4.

Alors qu’il commençait certainement à penser à un épilogue heureux, au vu des nombreux atermoiements et tournures qu’aura pris cette affaire depuis sa mise en garde à vue mardi dernier, le sort aura décidé autrement alors qu’il est 23 h ce vendredi 08 mars 2019, quand les portes de l’enfer, que dis-je, de la prison s’ouvrent à lui. Mais le ciel se sera assombri 30 minutes plutôt quand le la procureure générale, Mme Ngounou justice aimée lui délivre un mandat de dépôt. Il est alors 22h30 minutes.

Ses autres compagnons d’infortune à savoir Maxime Mbangue, Lieutenant-colonel Mboutou et Victor Menye eux, s’étaient déjà livrés à cet exercice une heure plus tôt. Voici donc venu le départ pour Kondengui dans une hiace blanche frappée du logo de la prison centrale de Yaoundé-Kondengui. Encerclée de deux autres véhicules des forces de l’ordre, la petite hiace démarre en trombe et fonce à vive allure en direction de la prison de Kondengui. Une fois sur place, quelques gardiens de prison déjà en alerte ouvrent grandement les portes de ce Guantanamo Camerounais et conduisent directement les nouveaux pensionnaires dans le bureau du Régisseur Freddy Medjo qui les attend déjà dans son bureau.

Ce dernier n’a pris fonction dans cette prison il y’a 06 mois seulement et déjà, il doit gérer de si gros morceaux. Il semble embarrasser en jetant un regard sur ses nouveaux pensionnaires. Normal, il y’a dedans un certain Edgard Alain Mebe Ngo’o, il ya encore quelque temps tout puissant DGSN et tout puissant MINDEF, mais plus encore, il est comme lui originaire de Sangmelima. Il invite ses « invités » à prendre place et commence à lire le bon qui accompagne leurs mandats de dépôt que vient de lui tendre l’Officier de police qui dirige la mission. Finis cette phase, commence aussitôt la phase d’identification. L’on fait venir la jeune dame intendante des prisons et deux gardiens de prison pour prendre quelques renseignements de ces derniers après quoi, le régisseur commence à entretenir les nouveaux pensionnaires sur le fonctionnement du pénitencier dont il a la charge.

Cette phase prend un peu plus d’une heure de temps puis, aux environs de minuit et 20 minutes, le régisseur interpelle le président de la communauté des détenus, un certain Nlep Georges, puis un autre pour aider à transporter les deux valises de l’ancien Mindef, tout en invitant ce dernier à les suivre. Vêtu d’un ensemble boubou gris clair, l’ancien Mindef esquisse un petit sourire et serre la main à quelques gardes prisonniers, croise les mains à l’arrière et se met aussitôt à suivre la direction indiquée. Il est suivi par ses trois complices, une escouade de gardiens de prison et le régisseur en personne. Ils quittent la petite cour appelée ici cour d’honneur pour s’embourber dans la grande cour des détenus qui est au centre des 14 quartiers de la prison.

Alors que Maxime Mbangue, Joël Mboutou et Victor Menye sont dirigés vers les quartiers 11 et 12 ou sont pensionnaires d’autres noms tels Amadou Vamoulké, Ntongo Onguene, Nguini Effa..., la vedette de la soirée, Mebe Ngo’o est conduit au quartier le plus VIP de la prison. Le célèbre quartier 14 qui comporte 08 locaux et dont le chef quartier est l’ancien Premier ministre Inoni Ephraïm. Il est conduit au local 03 ou dormait jusque-là tout seul, le Professeur Gervais Mendo Ze qui aura désormais un voisin d’infortune, frère du village à Sangmelima lui aussi, le grand Edgar en personne.