Lewis Mudge, directeur pour l'Afrique centrale à Human Rights Watch, a mis au défi "les dirigeants séparatistes de demander immédiatement à leurs combattants et à leurs partisans de mettre fin aux attaques, y compris la torture et autres abus visant des civils".

Cet avertissement fait suite à une vidéo publiée par Human Rights Watch et montrant des combattants « d'Ambazonie » torturant un homme dans une école abandonnée dans la région du Nord-Ouest du Cameroun.

Selon le reportage, la vidéo "montre au moins quatre combattants séparatistes menaçant et torturant l'homme, qui ne porte que ses sous-vêtements, le forçant à s'asseoir sur des morceaux de papier en feu et à le frapper avec des bâtons et des machettes".

Son crime, il a été découvert en train de transporter des produits pour les Brasseries du Cameroun, une activité interdite par les séparatistes de la région. Selon certaines sources, la victime aurait demandé à ses tortionnaires d'arrêter, mais ils auraient plutôt menacé de le « laver à l'essence», ce qui impliquerait qu'ils le tueraient.

Human Rights Watch, par l’intermédiaire de son directeur central pour l’Afrique, a dénigré cette attitude qui sévit dans la région et a donc appelé les dirigeants séparatistes à mettre de l'ordre dans leurs partisans.

« Les séparatistes doivent savoir que le monde leur prête attention et que les responsables d'actes de torture en subiront les conséquences », a-t-il déclaré.

 

 

 

Redigé par: Mounir Luqman

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur