riziculture

En effet, avec une production de riz irrigué de 364 456 tonnes, le Cameroun double les objectifs fixés pour 2018.

Comparée à la moyenne de cinq dernières années, indique le Minader, la production du riz a enregistré un taux de croissance de 16,53 %. Ce résultat en riziculture irriguée est essentiellement dû aux nouveaux aménagements hydroagricoles, réalisés par les différentes institutions et particulièrement le Planut (qui a aménagé 90 107 ha en 2017-2018), à la réhabilitation et à l’entretien de certaines infrastructures.

Bien plus, les superficies rizicoles en 2018 ont augmenté de 7,76 % par rapport à 2017. Mais cette production n’empêche pas que le pays importe du riz pour 160 milliards de FCFA en moyenne chaque année (181 milliards en 2015, contre respectivement 143,6 et 183,7 milliards en 2016 et 2017). Ce qui dépasse largement les 300 millions de FCFA de subvention accordée chaque année par l’État à la Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua (Semry).

Cette entreprise publique assurer une production rizicole d’à peine 100 000 tonnes, pour une demande nationale annuelle dépassant parfois les 300 000 tonnes. Avec les 364 456 tonnes produites en 2018, l’on devrait logiquement s’attendre à une baisse des importations du riz au Cameroun. Mais, souvent une bonne partie du riz produit est destiné à l’exportation.

Redigé par: Joseph k.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur