Affaire commission des droits de l’Homme "Non à la gouvernance par jonglage", Jean Michel Nintcheu

Affaire commission des droits de l’Homme "Non à la gouvernance par jonglage", Jean Michel Nintcheu

J’ai bien envie de me demander à quoi sert cette commission des droits de l’homme du Cameroun qui, comme son ancêtre, sera de toute évidence budgetivore?

L’honnêteté commande de dire qu’elle ne servira à rien puisque les observations et autres rapports qu’elle dressera n’auront aucun caractère contraignant. Une première lecture transversale permet de déduire que cette nouvelle commission sera de toute évidence totalement inféodée à l’Executif. Elle sera plus mollassonne que son ancêtre à savoir la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés qui a brillé par son silence devant les violations flagrantes des droits de l’homme. Le cas le plus illustratif concerne cette femme qui a été froidement assassinée avec son bébé au dos par certains ripoux de nos forces de défense et de sécurité dans la région de l’extrême-nord. Ces images vidéos d’une barbarie inouïe et insoutenable avaient choqué le monde entier à l’exception de la commission nationale des droits de l’homme et des libertés qui s’est emmuré dans un silence assourdissant.

Les manifestations des partis politiques de l’opposition durement réprimées, les violations flagrantes des droits constitutionnels à l’instar de la liberté de s’exprimer et la liberté de manifester n’ont jamais fait l’objet de la moindre préoccupation de leur part encore de leur vocabulaire. En dehors de certaines bisbilles entre ses membres, la dernière en date étant le spectacle désolant offert au public par le président et le vice-président, on ne retiendra pratiquement rien du bilan de la défunte Commission nationale des droits de l’homme et des libertés. Que peut-on retenir de la défunte institution en dehors de quelques sorties médiatiques sur des sujets périphériques et des multiples tentatives de sabordage orchestrées par des ennemis internes de la liberté tapis dans le sérail gouvernant.

La différence fondamentale qu’il y a entre la défunte et la nouvelle-née se situe au niveau de l’appellation puisque le mot “libertés” a été supprimé de l’intitulé de cette commission. On est passé de Commission nationale des droits de l’homme et des libertés (Cndhl) à la Commission des droits de l’homme du Cameroun (Cshc). Le mot “libertés” a été extirpé. Et ce n’est pas un oubli pour qui n’est pas distrait sur les méthodes de fonctionnement du régime liberticide de Yaoundé. En réalité ce projet de loi administre la preuve que la frilosité s’est emparée de l’ordre gouvernant. La peur a visiblement changé de camp et ce n’est que le début. M. Biya n’a encore rien vu. Deux articles retiennent mon attention.

• Section III: De la prévention des tortures dans les lieux de privation des libertés.

L’article 8 alinéa 2 dispose que la Cdhc ne peut s’exprimer et agir

-puisqu’il n’y a aucune disposition contraignante

- que dans les lieux de privation des libertés qui comprennent notamment :

– les cellules de garde à vue des unités de police et de gendarmerie

– les établissements pénitentiaires – les centres fermés d’encadrement des jeunes

– les zones de transit aux frontières terrestres, maritimes et aéroportuaires

– les zones de rétention douanières

– les centres psychiatriques et les hôpitaux

– les cellules ou locaux disciplinaires des forces de défense et de sécurité

– les véhicules d’escorte des détenus

– les cellules de garde à vue des parquets

– tous autres lieux où des personnes pourraient être détenues.

À la lecture de cet article 8 alinéa 2, on comprend pourquoi les thuriféraires du régime ont tenu à changer de dénomination en rayant le mot qui leur fait tant peur à savoir “Libertés”.

La Commission des droits de l’homme du Cameroun (Cdhc) ne peut absolument pas agir en cas de violation des libertés constitutionnelles que sont la liberté de s’exprimer et la liberté de manifester, contrairement à son ancêtre qui avait le pouvoir de s’exprimer et qui refusait de le faire.

Pour des raisons connues de tous. Plus grave, en dehors du caractère non contraignant des recommandations et de la suppression de la représentation politique au sein de la nouvelle commission, ce qui ne surprend personne compte tenu du contexte socio-politique actuel qui hante considérablement les esprits des tenants du pouvoir trentenaire, il y a que c’est le président de la République qui va une fois de plus tout régenter, décider de tout et tout contrôler dans cette commission.

Il est l’omnipotent, l’alpha et l’oméga puisque toute mise en mouvement du début à la fin dépend de lui. Les membres de la Commission des droits de l’homme du Cameroun sont nommés par Décret du président de la République sur proposition des administrations, associations et organismes socio-professionnelles auxquels ils appartiennent. Le secrétaire permanent est lui également nommé par Décret du président de la République donc jouit de la même puissance de fait que le président de la commission du fait de la similitude du mode de désignation. À ce titre, il peut ramer à contre-courant des délibérations prises par la majorité des membres et il faudra attendre l’assentiment du Président de la République – toujours lui- pour le débarquer.

Preuve s’il en était besoin que c’est le président de la République qui est tout dans cette commission. L’article 9 consacre l’inféodation totale de la commission à l’Executif puisqu’il est mentionné que “dans le cadre de ses missions, la commission formule, à la demande du gouvernement, des observations sur la législation en vigueur ou sur les projets de loi en matière de prévention de la torture. C’est tout simplement ahurissant. L’humiliation suprême des membres qui constitueront cette commission puisqu’ils sont transformés en laquais. Je plains le ministre qui s’est permis de défendre ce projet de loi liberticide.

L’Histoire retiendra qu’il s’est couvert de déshonneur en défendant l’indéfendable et en supportant l’insupportable. Honte à lui. Honte au président de la République. Fort heureusement ils passeront et le Cameroun restera.

Honorable Jean Michel NINTCHEU Député

Redigé par: 237 Actu

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur

Vivez une meilleure expérience en utilisant notre application mobile
237 Actu.
Vous pouvez télécharger gratuitement celle qui s'installe sur votre téléphone en cliquant sur un des boutons ci-dessous.

Non, plus tard, Merci!

237 Actu