Human Rights Watch a accusé des combattants séparatistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun d’enlèvement.

Il s’agit des enlèvements des hommes politiques, de membres du clergé et d'étudiants. Dans son dernier rapport, Human Rights Watch a déclaré que les combattants avaient battu et kidnappé Ni John Fru Ndi, le 28 juin 2019, à son domicile à Bamenda.

L’organisation affirme que des centaines de personnes, y compris des étudiants et des membres du clergé, ont été kidnappées depuis 2017.

Selon Human Rights Watch, Fru Ndi aurait été kidnappé et emmené dans un camp séparatiste, où il en aurait vu fumer de la marijuana et prendre d’autres drogues dures.

 

Redigé par: Mounir Luqman

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur