Cameroun : Messanga Nyamding se fait piéger dans une radio privée à Yaoundé

Messanga Nyamding

Messanga Nyamding était certainement loin de s’imaginer qu’il y avait des cameras partout dans ce studio de radio, surtout que le présentateur de l’émission lui faisait croire que rien ne peut fuiter de cette séquence de « révélations » en off.

En effet, Messanga Nyamding s’est fait avoir sur le plateau d’une émission matinale sur RIS, une radio privée qui émet depuis Yaoundé, la capitale politique. L’universitaire, a demandé avec insistance que tous les micros soient coupés avant qu’il ne confie un certain nombre de choses au présentateur de l’émission, Sismondi Barlev Bidjocka.

Dans ses envolés, le membre titulaire du comité central du RDPC a mis à nu le complot politico-mystique qui est en train de se peaufiner par certains pontes du régime pour faire tomber le locataire du Palais d’Etoudi, ceci en bloquant par exemple  toutes ses décisions.

Aussi, en empêchant les jeunes loups politiques comme lui (Messanga Nyamding) de décrocher une place dans l’exécutif, ou encore d’être nommé à un poste politico-administratif de premier plan.

Sauf que, ce qui semblait être une confidence est désormais sur la place publique. Cette vidéo, vraisemblablement faite à son insu se partage sur la toile de façon virale.

S’agit-il d’une vidéo finalement mise sur les réseaux sociaux volontairement pour jeter Messanga Nyamding dans la gueule de ses "camarades véreux "du parti? ou simplement la négligence de celui qui la gardait ? Impossible de le savoir, mais les scénarios envisageables restent multiples.

 

Le moins que l'on puisse dire est que Messanga Nyamding a toujours soutenu qu’il, fait l’objet d’une attention particulière du chef de l’Etat. Mais, que ce sont les « loges » qui bloquent (toujours) sa nomination.

Le politologue et théoricien du « complot scientifique » dit totaliser plus de 30 années de loyauté envers le président Biya. Il n’a jamais manqué de discréditer certains de ses camarades du parti des flammes qu’il qualifie d'ailleurs de « comploteurs de dedans ».

L'universitaire, titulaire de deux doctorats, avait déjà fondu en larmes au cours d’une émission radio à Yaoundé. Il se disait oublié et abandonné par son parti. Ceci à cause de ceux qui ont, selon lui, tout obtenu du régime Biya et veulent détruire le pays en incitant les camerounais à la révolte

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur