Sortie de Marcelin Atemkeng, école doctorale, Université de Rhodes, Afrique du Sud (e)Droits réservés

Il était en lice pour le prix de la meilleure thèse de doctorat en Afrique, il l’a finalement décroché.

Le gagnant du prix de doctorat Kambule 2019 est Marcellin Atemkeng enseignant-chercheur à l'Université de Rhodes en Afrique du Sud, pour sa thèse de doctorat soutenue en 2016 et portant sur le thème : « compression des données, cadrage du champ d’intérêt et algorithmes rapides pour la déconvolution dépendante de la direction dans la radio interférométrie»

Le prix de doctorat Kambule reconnaît et encourage l'excellence dans la recherche et l'écriture par des doctorants dans les universités africaines, dans tout domaine des sciences informatiques et statistiques, et dont le travail démontre l'excellence par la rigueur technique.

Ce jeune docteur de 33 ans recevra son prix lors de la plus grande conférence en Intelligence Artificielle en Afrique appelée « Deep Learning Indaba », qui se tiendra du 25 au 30 Août à Nairobi au Kenya et après cela il ira à l'Université de Oxfords en Angleterre pour continuer ses recherches.

D’autres prix seront également décernés au cours de la même cérémonie, notamment le prix Kambule masters 2019 qui revient au Marocain Hicham Hammouchi de l'Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, pour sa thèse de Master « reconnaissance haac de la libération conditionnelle », appliquée aux laryngectomisés (lecture des lèvres avec les réseaux de neuronnes de Hahn Convolutionnel) ou encore le prix Maathai Impact Award, décroché par le Nigérian olubayo adekanmbi, fondateur de data science Nigeria, pour l'ampleur et l'impact de son travail dans la formation des africains en Machine Learning / Intelligence artificiel, et son objectif de favoriser le talent nigérian dans la révolution de la connaissance de l'Intelligence artificielle.

Marcellin Atemkeng devient le premier camerounais à décrocher ce précieux prix de la meilleure thèse de doctorat en Afrique dans le domaine de l’Intelligence artificielle.

Ce digne fils du village Fossong-Wentcheng, dans le département de la Menoua, région de l’Ouest, et ancien étudiant de l’université de Dschang s’est dit reconnaissant. Il a loué l’initiative en indiquant que le prix devrait inspirer d’autres jeunes camerounais, mais surtout l’encourager à poursuivre le travail entamé jusqu’ici, afin le bien rehausser l’image de son pays le Cameroun et de l’Afrique. « Je dédie ce prix de thèse de doctorat en Afrique à tous ceux qui ont contribué, de près ou de loin », a confié ce lauréat au parcours exemplaire à la rédaction de 237actu.com.

Il succède ainsi l’Ougandaise Dr Justine Nasejje Enseignante-chercheuse maintenant en fonction a Wits University en Arfrique du Sud.

Ce prix a été attribué sur la base de plusieurs critères :

1) Etaient éligibles, les thèses de doctorat dans le vaste domaine des sciences informatiques et statistiques. l'apprentissage automatique, l'apprentissage en profondeur, intelligence artificielle, statistiques, probabilités, science des données, théorie de l'information, économétrie, optimisation, physique statistique, bio statistique et bioinformatique, traitement du langage naturel, vision par ordinateur et neuroscience informatique

2) Le comité de sélection interprète l'expression «thèse de doctorat» comme une thèse sous forme définitive, c’est-à-dire approuvée par le jury des examens de l’étudiant, par exemple examens terminés, défense publique terminée, version corrigée soumise, ou diplôme décerné.

3) Le candidat devait être inscrit en tant qu'étudiant et avoir obtenu son diplôme dans une université africaine.

4) La nomination du Candidat devait se faire par un universitaire qui est en mesure de commenter les mérites du travail et du candidat (par exemple, superviseur de thèse, examinateur de thèse, mentor académique, collaborateurs), chef de département.

5) La thèse devait être achevée au cours de la période 2016-2019 pour être éligible.

6) Les candidatures devaient venir de n’importe quel pays africain.

7) La thèse pouvait être rédigée dans n’importe quelle langue. Toutes les lettres d'appui et les rapports devaient être en anglais (ou une traduction fournie).

Membres du comité dévaluation et affiliations:

Jasper Horrell (Deep Data)

Delmiro Fernandez-Reyes (UCL)

Dina Machuve (NM-AIST)

Bubacarr Bah (AIMS South Africa)

Yannis Assael (Univ. Oxford/DeepMind)

Oriol Vinyals (DeepMind)

Vukosi Marivate (Univ. Pretoria, CSIR)

Sara Hooker (Google Brain)

Martha Kamkuemah (Ixio Analytics)

Jade Zoe Abbott (RetroRabbit)

Megan Yates (Ixio Analytics)

Tempest van Schaik (Microsoft)

José Quenum (NUST) Mmaki Jantjies

(Univ. Western Cape)

Benjamin Rosman (Wits, CSIR)

Dieter Hendricks (Qera) Aubrey Mainza (UCT)

Avishkar Bhoopchand (DeepMind)

James Allingham (Wolfram Research)

Maraim Masoud (Insight Centre)

Richard Klein (Wits)

Omoju Miller (GitHub

Pour rappel, c’est en Août 2016 que Marcelin Atemkeng a soutenu sa thèse de doctorat à l’université de Rhodes en Afrique du Sud , ou il visitait ASTRON en Hollande et l'Observatoire de Paris en France. Elle était sous la direction du professeur Oleg Smirnov du SKA et l’université de Rhodes, les docteurs Cyril Tasse de l'observatoire de Paris et Griffin Foster de l'Université de Oxford en Angleterre

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur