Cameroun : rebondissement sur l’affaire des femmes et enfants sauvagement assassinés dans l’extrême-nord

L'affaire contre sept soldats accusés d'avoir tué des femmes et des enfants dans la région de l'extrême nord du Cameroun a été ajournée au 27 août.

Les soldats devaient comparaître devant le tribunal militaire de Yaoundé pour la première fois depuis leur arrestation et leur détention l'année dernière.

L’absence de salle d’audience a forcé le président du tribunal, le colonel Abega Mbezoa epse Eko Eko, à ajourner l’affaire.
Les sept soldats sont accusés de meurtre, d'insubordination et de complicité de meurtre, l'affaire se présentant 13 mois après la diffusion d'une vidéo virale qui montrait des soldats tuant des femmes et leurs bébés dans l'extrême nord du Cameroun.

Le gouvernement camerounais avait nié la culpabilité de ces soldats et affirmé que la vidéo n’était pas tournée au Cameroun, mais des enquêtes menées par des ONG internationales, notamment Amnesty International, ont révélé que la vidéo avait été tournée au Cameroun et donnait des indications sur ceux qui avaient commis l'acte.

Sept soldats ont ensuite été arrêtés et détenus. Le ministre de la Communication de l'époque, Issa Tchiroma Bakary, avait déclaré que les soldats seraient jugés conformément aux normes en vigueur.

Redigé par: Mounir Luqman

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur