Rentrée scolaire : la maire de Buea, Patrick Ekema, dit vouloir affronter personnellement les sécessionnistes

Rentrée scolaire : la maire de Buea, Patrick Ekema, dit vouloir affronter personnellement les sécessionnistes

Patrick Ekema Esunge, maire de Buea, appelle les parents de sa municipalité à vaincre la peur et à envoyer leurs enfants à l’école.

Il promettant de protéger personnellement les enfants scolarisés. Il s’exprimait lors d’une interview diffusée le dimanche 1er septembre 2019 dans le cadre de l’émission Cameroon Calling. Le magazine d’information radiophonique de la chaîne nationale CRTV.

Encourager les élèves à retourner à l’école

Selon le maire de Buéa, des mesures sont prises pour encourager les élèves et les étudiants à retourner à l’école. Patrick Ekema n’a ménagé aucun effort pour faire savoir aux masses combien ces « maquisards » sont trompeurs. « Je ne sais rien sur les Ambazoniens. Ni sur les séparatistes et les sécessionnistes. Je les appelle des maquisards. La plupart de leurs enfants vont à l’école et dans des écoles confortables [d’ailleurs]. Alors, pourquoi devraient-ils tromper nos propres enfants ? Ils essaient de créer un vide qu’ils combleront avec leurs propres enfants à l’avenir. Mettons un terme à ces bêtises ! », a-t-il déclaré.

Il n’y aura pas de ville morte à Buéa

Les séparatistes annoncent un verrouillage du 2 au 6 septembre et du 9 au 13 septembre. L’objectif est d’empêcher la reprise des cours pour une quatrième année consécutive. Ekema Patrick affirme que rien de tel ne se produira à Buea.

« J’imagine que certaines abeilles sont enfermées dans un contenant hermétique et font du bruit à l’intérieur du contenant. Je ne sens rien du tout. Je ne sais même pas pour le confinement. Nous avons été en mesure d’exploiter des entreprises dans cette municipalité le lundi. Les lundis sont considérés comme des jours de ville fantôme. Les séparatistes s’attendent à ce que les habitants des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest restent chez eux comme une forme de désobéissance civile au pouvoir de l’État. Donc, nous ne savons rien à propos d’un confinement. S’ils veulent verrouiller, qu’ils verrouillent la forêt, pas la zone que nous habitons.

Ecraser les maquisards

Nous sommes prêts pour eux. Ils devraient être prêts à venir nous affronter. J’ai entendu dire qu’ils ont envoyé des messages disant que « notre marche vers Buea sera effective en septembre et octobre ».

Et que leurs obstacles sont Ekema, le maire de Buea et Okalia Bilaï. Bien sûr, nous ne pouvons pas nous cacher pour attendre que ces gens viennent. Nous les attendons. Nous savons que lorsque vous affrontez un maquisard, vous devez être prêt à les écraser. Et nous sommes donc très préparés. Demain lundi, qu’ils viennent. Je serai stationné au point « Mille 17 » pour m’assurer que la ville est libre. Le point « Mille 17 » est la porte d’entrée de la ville. Je serai au point Mille 17 de 6h à 15h30 quand les écoles auraient fermé…»

 

Cameroun-Info.Net

Redigé par: Yann Vlad Atanga

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur

Vivez une meilleure expérience en utilisant notre application mobile
237 Actu.
Vous pouvez télécharger gratuitement celle qui s'installe sur votre téléphone en cliquant sur un des boutons ci-dessous.

Non, plus tard, Merci!

237 Actu