Laurent Serge Etoundi Ngoa, ministre de l’Education de base

Laurent Serge Etoundi Ngoa, ministre de l’Education de base a détaillé la répartition de ces fonds au cours d’une conférence presse donnée le 26 août 2019 à Yaoundé.

La rentrée scolaire 2019-2020 en zone anglophone retient l’attention de l’Etat. Notamment le cas des infrastructures éducatives vandalisées. Mais le gouvernement veut redonner un nouveau visage aux établissements scolaires publics et privés affectés par les violences.

Au cours d’une conférence de presse tenue le 26 août 2019 à Yaoundé, le ministre de l’Education de base (Minedub), Laurent Serge Etoundi Ngoa a rapporté les mesures qui ont été prises par l’Etat pour assurer cette rentrée scolaire amorcée lundi 2 septembre 2019.

Selon le membre du gouvernement, 982 millions FCFA ont été débloqués pour la reconstruction des salles de classes au Nord-Ouest et 712 millions FCFA dans le Sud-Ouest. Les établissements du privé reçoivent, quant à eux, une aide de 855 millions FCFA. Toujours selon le Minedub, une somme de 354 millions FCFA a été allouée en vue de subventionner des écoles dans le NO et 253 millions FCFA dans le SO.

Après calcul, ces ressources financières vont valoir environ 3,157 milliards de FCFA à l’Etat. D’après le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef), de nombreux enfants au Cameroun n’ont pas mis les pieds dans une salle de classe depuis trois ans.

En raison de l’interdiction de l’éducation par des groupes armés non étatiques et des attaques, plus de 80 % des écoles ont été fermées, touchant plus de 600 000 enfants.

L’Unicef plaide pour que les écoles et les salle es de classe puissent offrir aux enfants des espaces sûrs pour apprendre, pour être avec leurs amis et pour retrouver un sentiment de normalité dans leur vie.

« Les enfants et leurs familles souffrent au milieu de la violence armée et fuient la violence armée, les attaques contre leurs maisons et leurs écoles, les enlèvements, la violence sexuelle et le recrutement dans les groupes armés », avait confié Toby Fricker porte-parole du Fonds lors d’un point de presse à Genève.

Selon cette organisation, il faudrait au moins 20 millions de dollars, soit environ 11 milliards de FCFA pour répondre efficacement à l’urgence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest cette année. Par ailleurs, les dépenses d’éducation au Cameroun représentaient 13,8% des dépenses du gouvernement en 2013 soit 3% de son PIB.

 

Eco Matin

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur