père Ludovic Lado

Le prêtre jésuite pense qu’on ne peut présager rien de bon si le « grand dialogue national » que vient d'annoncer le président Biya est piloté par le parti au pouvoir, RDPC.

Paul Biya, dans son discours très attendu à la nation hier, a annoncé pour la fin de ce mois de septembre un « grand dialogue national » sur la crise meurtrière des régions du Nord-Ouest et Sud-ouest du Cameroun.

« J'ai décidé de convoquer, dès la fin du mois en cours, un grand dialogue national qui nous permettra (...) d'examiner les voies et moyens de répondre aux aspirations profondes des populations du Nord-ouest et du Sud-ouest, mais aussi de toutes les autres composantes de notre Nation », a déclaré le chef de l’Etat à la 29ème minute de son adresse, retransmise sur les antennes de la radio et la télévision nationale.

Ce dialogue se fera cependant sans les leaders du mouvement séparatistes qui viennent d’être condamnés à vie par la justice camerounaise.

La montagne  qui pourrait accoucher d’une souris.

Le père Ludovic Lado soutient qu’un grand dialogue national piloté par le RDPC ne sera qu’une grande distraction». Même son de cloche pour Me Alice Nkom, avocate au barreau du Cameroun et militante des Droits de l'homme. « Je n'ai pas compris qu'il puisse être muet au sujet de tous les détenus », a-elle dit.

Le président Biya a indiqué que ce dialogue sera présidé par le Premier ministre Joseph Dion Nguté, et rassemblera les différentes composantes sociales, y compris des représentants des forces de défense et de sécurité, ainsi que ceux des groupes armés. « Le Premier ministre mènera de larges consultations et des délégations (iront) dans les prochains jours à la rencontre de la diaspora », a-t-il précisé.

Une annonce saluée par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Il a, par la voix de son porte-parole, Stéphane Dujarric, « encourage le gouvernement camerounais à veiller à ce que le processus soit inclusif et réponde aux défis auxquels le pays est confronté.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur