Dans un article publié le 13 septembre 2019, Reporters Sans Frontières (RSF) demande aux autorités camerounaises d’ordonner l’évacuation sanitaire d’Amadou Vamoulké, ex-directeur général de la CRTV, office national de radio et télévision du Cameroun.

«Après plus de trois ans de détention et alors que la santé de l’ancien directeur général de la radiotélévision publique camerounaise se dégrade, deux rapports médicaux certifient que le journaliste doit effectuer des examens poussés qui ne peuvent être réalisés dans son pays», indique RSF.

L’ONG de défense des droits des journalistes renseigne que le premier rapport médical, «réalisé par l’hôpital central de Yaoundé, recommande “une évacuation dans un centre spécialisé” justifiée selon les médecins par “un plateau technique limité et la sévérité de l’affection neurologique” dont souffre le journaliste.

Une analyse et des recommandations partagées par l’hôpital américain de Paris à qui le dossier médical d’Amadou Vamoulké a été transmis pour avis. Dans le certificat consulté par RSF, le professeur et neurologue Hervé Taillia, estime que l’homme de 69 ans présente “un tableau déficitaire des deux membres, sévère et évolutif” qui nécessite des examens et des traitements “qui semblent difficiles à réunir sur place”.

Il recommande une “hospitalisation en France” ». «Va-t-il falloir attendre un drame pour que le calvaire subi par ce journaliste qui n’a toujours pas été jugé plus de trois ans après son arrestation prenne fin? Les rapports médicaux sont sans équivoque:

Amadou Vamoulké doit être évacué pour être soigné», affirme Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Soupçonné de détournement de plusieurs milliards de FCFA, Amadou Vamoulké, journaliste de formation, est incarcéré à la prison centrale de Yaoundé depuis juillet 2016. «Des accusations qui n’ont jamais été établies depuis le début de son procès malgré 21 audiences», souligne RSF.

 

Avec Cameroun-Info.Net

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur