René Emmanuel Sadi

Ce sujet était au centre des débats du conseil de cabinet, tenu le 31 octobre dernier à Yaoundé.

René Emmanuel Sadi, ministre de la communication, a fait savoir que « les principales difficultés relatives au développement d’une conscience nationale à travers les médias se rapportent à l’absence de codification des règles d’exploitation des médias nationaux dont les prescriptions n’intègrent pas explicitement l’impératif de promotion de la conscience nationale ».

À cela ajoute, le membre du gouvernement, « l’insuffisance des ressources financières permettant d’organiser des campagnes de communication de masse ou d’investir les réseaux sociaux à travers des actions de communication digitale intensives sur le développement de la conscience nationale ».Le ministre de la Communication a suggéré « le renforcement des conditions de déploiement des médias afin de les fédérer autour de la grande cause que constitue le développement d’une conscience »

René Emmanuel Sadi s’est tout de même réjouit du fait que le dispositif médiatique au Cameroun est constitué de 600 organes de presse écrite auxquels s’ajoutent une trentaine de télévisions et une dizaine de médias cybernétiques.

Redigé par: Yann Vlad Atanga

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur