Jacques Fame Ndongo

Âgé de 86 ans donc 37 au pouvoir, Paul Biya tient fermement le gouvernail et ne semble toujours pas prêt à quitter le Palais d’Etoudi.

À 86  ans, le vieux président s’apprête à célébrer le 37è anniversaire de son accession à la magistrature suprême.

En effet, le 4 novembre 1982, le tout premier Président du Cameroun Ahmadou Ahidjo démissionne après 22 ans. Il céda constitutionnellement son fauteuil à Paul Biya, alors Premier Ministre. Ce dernier prêtera serment le 6 novembre 1982

Après 37 ans passés à la tête du pays, celui qui avait failli être prêtre a un bilan mitigé (Il est passé par le séminaire avant de poursuivre ses études au lycée général Leclerc de Yaoundé, puis en France, grâce à une bourse).

Pour Jaque Fame Ndongo, ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement Supérieur, et par ailleurs secrétaire à la communication du RDPC, le bilan de président Biya est largement positif. « Le renforcement de la sécurité, la démocratie à travers la liberté de la presse notamment avec l’arrivée de la liberté de la presse qui a vu naitre aujourd’hui des centaines de journaux, les radios ainsi que les chaines de télévision », se félicite-t-il. Avant de mentionner les grands projets structurants comme le port en eau profonde Kribi, barrage hydroélectrique de Memve'ele, Lom-Pangar, Mekin ou encore les routes.

Au sujet de sa longévité, le membre du gouvernement ne passe pas par quatre chemins pour expliquer que c’est un « bonus » pour le Cameroun.

Paul Biya à François Hollande et à la presse avait declaré: « Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais dure qui peut »

Redigé par: Yann Vlad Atanga

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur