lom pangar

En effet, faute de financement, la centrale hydroélectrique de Lom Pangar ne sera pas prête le jour dit.

Débutés en mars 2019, les travaux de construction de cette centrale hydroélectrique doivent durer 34 mois. Mais « le respect du calendrier est subordonné à la mobilisation par l’État, d’un montant de 6 milliards de FCFA au titre de l’exercice 2020 représentant les fonds de contrepartie pour le paiement des décomptes de l’entreprise », a indiqué Gaston Eloundou Essomba.

Et pourtant, seule la moitié de l’enveloppe a été budgétisée. « Prenant en compte les contraintes budgétaires, mon département ministériel a provisionné 3 milliards de FCFA dans son budget 2020 à cet effet », a ajouté le Minee. Néanmoins, le barrage-réservoir de Lom Panga (6 milliards de m3 d’eau), terminé depuis 2017, permet déjà la régulation du débit du fleuve Sanaga, augmentant ainsi la production de 120 MW en période d’étiage.

En outre, les dossiers d’exécution des travaux ainsi que ceux relatifs à la construction des lignes Lom Pangar-Bertoua en 90 KV et du poste de Bertoua 90/30 KV sont validés à 90% par le bureau d’études Cima qui en assure la maîtrise d’œuvre. Ces travaux sont financés conjointement par la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque des États de l’Afrique centrale (BDEAC) à hauteur de 39 milliards FCFA.

L’usine de pied et la ligne de transport, construites respectivement par le Chinois CAMC Engineering et le Français Cegelec, vont permettre d’alimenter 150 localités dans la région de l’Est du Cameroun.

Redigé par: Joseph k.

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur