Sam Séverin Ango

Le néo militant du MRC soutient mordicus que l’incendie de son domicile est de nature criminelle.

Sam Severin Ango est encore sous le choc, son domicile situé au quartier Angoo, à 7 km de la ville d’Ebolowa, a été réduit en cendre à l’aube du dimanche 19 janvier 2020. Pour l’heure, aucune cause officielle de l'incendie n’est connue, d’autant plus que l’enquête suit son cours. Mais, Sam Severin Ango, lui, est formel, c’est sa femme, la nommée Géneviève Ngo Ntamack, une sexagénaire française d’origine camerounaise qui s’est laissée aller aux plaisirs de la pyromanie.

Selon des témoignages rassemblés auprès des proches du couple par ABK, et repris par nos confrères de Cameroun-Info.Net, il s’agirait d’un acte désespéré posé par une femme qui n’a pas accepté le fait que Sam Severin Ango veuille se séparer d’elle. «Marié il y a 8 mois, les témoignages font savoir que depuis 4 mois, la relation bat de l’aile et Sam Ango voulait mettre fin à leur histoire. Une idée que sa compagne de nationalité française n’aurait pas supportée, annonçant des représailles qui auraient abouti à la mise à feu de la maison familiale de son époux», apprend-on.

L’ancien porte-parole des candidats Franklin Ndifor et Akere Muna, lors de la présidentielle de 2018, dit avoir porté plainte contre dame Ntamack Géneviève et espère obtenir d’elle le paiement d’une somme de 150 millions de FCFA au titre de préjudices physique, matériel et psychologique.

A l’en croire, tous ses documents et archives d’enfance ont disparu dans les flammes (les actes de naissance et documents officiels de la famille)»

Par ailleurs, Ango explique qu’il n’a jamais été libre dans cette relation et que sa femme voulait le prendre en otage. « Elle profère des menaces de mort contre moi, et même ses grands enfants m’ont menacé. Son fils qui est au GSO a même menacé de me tirer une balle dans la tête», confie-t-on, toujours à ABK radio.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur