La ville d'Ebolowa était alors devenue une importante plaque tournante d'un vaste trafic de drogues, de synthèse et de vente de médicaments de la rue.

Tramadol, canabis, seringues, gélules et pullules divers tout y passait. Et même que l'infortuné, le nommé Pokam Samuel originaire de l'ouest Cameroun avait réussi à installer clandestinement une véritable clinique et en même temps une officine où il exerçait comme médecin et spécialiste en soins de santé.

C'est ainsi qu'il recevait des patients hommes et femmes et pratiquait régulièrement des curetages, des avortements et diverses autres opérations.

Notre « spécialiste » disposait même d'un laboratoire avec microscope, filtre à eau, bistouri, et matériaux d'accouchement. Une perquisition dans sa clinique ainsi que de son domicile a fini par faire découvrir le pot aux roses par les enquêteurs du Colégion/Sud, renforcer par les éléments du Sémil que dirigeait le capitaine Ibrahim Elralhdini, Chef d'antenne Sémil/Sud.

Opération au cours de laquelle exploitant les renseignements et après une filature de plusieurs mois, le principal dealer a été interpellé et remis aux mainx de la justice. Des dires du capitaine : « l'intéressé n'avait aucune formation en médecine, ni en soins de santé. Il revendait aux jeunes lycéens et motomens de la ville d'Ebolowa toute ses drogues qui font des ravages ».

Une importante filière de drogues et de médicaments de la rue vient ainsi de tombé grâce à la vigilance de la gendarmerie et de l'armée, qui ont collaboré en parfaite synergie

Redigé par: Jacques NDO

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur