Cameroun : les hommes de Dieu contribuent à la lutte anti corruption

Cameroun : les hommes de Dieu contribuent à la lutte anti corruption

Certains fidèles camerounais musulmans et chrétiens ont décrit la corruption comme une abomination qui doit être éradiquée.

Cette conférence s’est tenue au centre de conférence de Yaoundé par la Commission nationale anti-corruption pour célébrer la Journée internationale contre la corruption et la fin de l’Année africaine de lutte contre la corruption.

Le service sur le thème "Lutter contre la corruption : explorer une solution basée sur la foi" a commencé avec un prêtre catholique qui a déclaré : "La corruption est un péché et un blasphème. Elle détruit la personne humaine et la société comme un cancer. Le prêtre a appelé tous les Camerounais à vivre la foi comme un agneau sans tache.

Dans le même temps, le membre du clergé du PCC a déclaré que la véritable qualité de la vie n’était pas déterminée par la richesse de son capital mais par la qualité de son caractère. "Ne nous corrompons pas entre nous et l'éternité. Portez votre foi dans votre travail et vos affaires".

De son côté, le ministre musulman a déclaré que la corruption était une abomination. Les prédicateurs de tous ont ajouté leurs voix par des sermons et des prières pour que la corruption soit éradiquée.

En réaction aux sermons, le président de la Commission nationale anticorruption, le pasteur Dieudonné Massi Gams, exprime sa gratitude aux prédicateurs. «Nous espérons que cette solution basée sur la foi pour lutter contre la corruption au Cameroun apportera une avancée décisive dans la lutte en moralisant les musulmans et les chrétiens pour un changement d'attitude.

 

Sujets liés

Redigé par: Mounir Luqman

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur

Vivez une meilleure expérience en utilisant notre application mobile
237 Actu.
Vous pouvez télécharger gratuitement celle qui s'installe sur votre téléphone en cliquant sur un des boutons ci-dessous.

Non, plus tard, Merci!

237 Actu