Une certaine acrimonie règne au centre hospitalier régional d’Ebolowa. La carence en insuline inquiète les patients atteints de diabète ainsi que leurs familles.

Surtout qu’il se murmure que le médicament en question est au cœur d’un vaste réseau de trafic entretenu au sein de l’institution hospitalière en connexion avec les pharmacies de la ville.

Des accusations que le Docteur Jean Claude Abessolo, le Directeur de l’hôpital a balayées d’un revers de la main en expliquant que le produit subit simplement les contrecoups de cette pénurie.

Pour le Docteur Abraham Zoa, Pharmacien en chef de l’hôpital, « cette rupture dure depuis six mois mais le problème se pose au niveau du Fonds pour la promotion de la santé du sud qui est en quelque sorte le grossiste du secteur public. L’insuline est l’un des médicaments dont le gouvernement supporte les charges dans l’approvisionnement», précise-t-il.Il poursuit : « Le gouvernement a fixé un prix dans la formations sanitaires publiques qui est de 3000 FCFA mais cette rupture fait en sorte que le prix ne soit plus respecté puisque les grossistes répartiteurs privés le vendent à 4600 FCFA prix session quand on applique la marge bénéficiaire de 1.15 on va se retrouver à 4800 FCFA ce qui ne respecte plus les normes ministérielles.

Redigé par: Lary Joss

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 679 44 90 87

Articles du même auteur