Pour se montrer solidaires de leurs frères des regions anglophones, des forces vives de Dschang ont organisé une campagne socio-humanitaire, à l’intention de ces personnes déplacées internes.

Sous le parrainage du sénateur, Mbih Sob Mbangang, professeur Anaclet Fomethé, la commune de Dschang et l’association PIPAD/Mingha Africa assistée de ses partenaires, ont organisé la première édition de la "Journée du vivre ensemble dans la ville de Dschang." Cet événement s’est déroulé sur la place des fêtes de Dschang, le mardi 29 janvier 2019.

Le prétexte qui a conduit à la création de concept a été l’apport, « d’un soutien socio-sanitaire aux personnes déplacées internes du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, résidant dans la ville de Dschang… » L’activité majeure qui a meublé la journée a été cette campagne socio-sanitaire gratuite, vers laquelle plusieurs centaines de personnes ont convergé.

Dans le bouquet offert aux bénéficiaires, il y a eu des examens et des tests de dépistage : du paludisme, du diabète, du VIH/sida et des hépatites. Tout aussi gratuite, la prise en charge s’est faite selon les cas, sous trois formes. C’était souvent de conseils d’hygiène de vie, parfois des distributions de médicaments, et parfois encore ces deux formes d’appui à la fois.

Dans sa mise en œuvre, cette campagne a bénéficié de l’expertise des étudiants de la faculté de Médecine et des sciences biomédicales, de l’université de Dschang (UDs), dont c’était une des toutes premières expériences de terrain, dans le domaine de la santé publique.

Pour joindre l’utile à l’agréable, afin de ne pas faire les choses à moitié, les organisateurs ont eu le bon goût d’accompagner les visites médicales, de la distribution de nombreux lots de vêtements et de denrées alimentaires diverses.

L’idée d’organiser cet événement est née de l’esprit du Dr Martin Sanou Sobze, PCA du PIPAD, enseignant de santé publique à l’UDs. Dans la partie protocolaire de cette journée de fête, la prise de parole des parties prenantes à l’événement, que sont la commune, le PIPAD et le sénateur, a mis un accent appuyé sur « la nécessité d’apporter compassion et hospitalité, à travers un geste humanitaire, à nos frères déplacés contre leur volonté… »

La foule nombreuse de déplacés internes est retournée chez elle le sourire aux lèvres, en demandant qu’une autre campagne sanitaire ait lieu dans les mois à venir, à défaut des prochaines semaines… De son côté, l’équipe soignante a plutôt été satisfaite de ce que, les diagnostics médicaux établis aient permis « d’avoir un bon contrôle de l’état sanitaire de ces nombreuses personnes… »

Donc vivement 2020 et la deuxième édition de la "Journée du vivre ensemble dans la ville de Dschang.", qui a offert de la joie de vivre à plus d’une personne, et montré le côté hospitalier de la Menoua.

Redigé par: Roch Kenfack

Proposer un article par courriel: [email protected], (Whatsapp) +237 699 73 98 60

Articles du même auteur