La déclaration y relative est faite par la représentante de l’Union Européenne, Frederica Mogherini.

L’organisation Européenne condamne également la montée du tribalisme propagé par certains hommes politiques et médias, et appelle à un « dialogue politique inclusif pour répondre aux défis important auquel le pays est confronté ».

Ci-dessous la déclaration de la haute représentante, Federica Mogherini, au nom de l'UE sur la détérioration de la situation politique et sécuritaire au Cameroun

L'arrestation et la détention prolongée de plusieurs dirigeants d'un parti de l'opposition, dont son leader Maurice Kamto, et d'un nombre important de manifestants et de sympathisants, ainsi que l'ouverture de procédures disproportionnées à leur encontre devant la justice militaire, accroît le malaise politique au Cameroun. L'état de droit demande une justice équitable et la libération des détenus à l'encontre desquels des preuves probantes ne peuvent être présentées.

La persistance de la violence et des violations des droits de l'homme dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun a causé un nombre inacceptable de victimes et un impact lourd en termes humanitaire et économique.

L'émergence de discours de haine basés sur l'appartenance ethnique, tenus par certains médias et acteurs politiques, dont récemment un membre du gouvernement, est un facteur additionnel d'inquiétude.

La réponse aux défis importants auxquels le pays est confronté ne pourra que passer par un dialogue politique inclusif et dans un contexte de respect des libertés fondamentales et l'Etat de droit. Ceci constitue également le socle pour le partenariat entre le Cameroun et l'UE, au bénéfice de tous les Camerounais. L'UE soutiendra toute initiative dans ce sens.

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur