Tueries dans le NOSO : Intimidé au Cameroun, le Père Lado s’en va poursuivre sa marche à N'Djaména

Père Lado

Le prélat qui se trouve actuellement du côté de N’Djaména, au Tchad, continue sa marche pour réclamer la fin de la guerre dans les régions anglophones et pleurer les jeunes écoliers massacrés samedi dernier dans une école de Kumba.

fde4ac77 0df5 4be6 855f 78b08286a23f

fa956ad1 1f45 4a8c 8674 a9d41824da01 1

Le prêtre jésuite se dit prêt à y laisser sa vie s'il le faut.

Le père Ludovic Lado avait été arrêté, avant le départ pour le Tchad, dans la ville d’Edéa, au Cameroun, à une soixantaine de kilomètres de Douala. Le religieux comptait se rendre Yaoundé pour réclamer la fin de la guerre dans les régions anglophones et la libération des personnes arrêtées lors des marches pacifiques du mardi 22 septembre 2020.

Mais, le père Lado a été stoppé dans son élan le 13 octobre par la police dans la ville d’Edéa, et ramené par la suite à son point de départ.

L’homme de Dieu indiquera dans une sortie, qu’il ne compte pas céder aux intimidations policières. Il avait promis de revenir à la charge dès son retour au Cameroun, en décembre 2020, si jamais le clergé et les autorités ne s’impliquent pas activement dans la recherche d’une solution négociée à la crise anglophone. « Je reprendrai en décembre mon bâton de pèlerin, cette fois-ci, de Douala à Kumba. Je passerai Noël à Kumba, vivant ou mort»,  avait-il écrit sur sa page Facebook le 15 octobre 2020, soit une semaine avant le massacre de Kumba.

Par ailleurs, l’anthropologue avait lancé une vibrante invitation à ses confrères prêtres de se joindre à lui « en soutane noire pour cette étape …Je supplie leurs hiérarchies respectives de ne pas s’y opposer. », disait le pelât.

Le père Lado, plaidait pour que leurs hiérarchies ne s’opposent pas à leur déploiement à ses côtés. En attendant la nouvelle échéance, le jésuite est retourné dans les amphithéâtres du Tchad pour y vivre son autre passion. « Pourquoi avoir peur, n’avez-vous pas la foi …Il n’y a pas de crainte dans l’amour, l’amour parfait bannit la crainte » (1 Jn 4, 18) », rappelait l’homme de Dieu.