Cabral Libii

Cabral Libii, le candidat du parti Univers pour la présidentielle d’octobre 2018 revient sur les circonstances qui ont conduit trois membres du mouvement « 11 millions de citoyens » de la coordination de Douala 1er à la section « grande criminalité » de la légion de gendarmerie de Douala.

Ci-dessous les déclarations de Cabral Libii sur l’arrestation de ses 03 collaborateurs

Après environ 18h de détention à la section "grande criminalité" de la légion de gendarmerie de Douala, trois membres du Mouvement 11 Millions de Citoyens de la Coordination de Douala 1er, ont été libérés ce mercredi 7 mars 2018 et ont été sommés de se présenter le lendemain 8 mars à 9h.

Je renouvelle les remerciements chaleureux du Mouvement au collège d'avocats (Me Fon, Me Ngangue, Me Baba, Me Nyemb) tous membres du Mouvement, qui ont spontanément volé au secours de leurs camarades et qui ont fait montre d'un remarquable professionnalisme durant la longue épreuve.

Je salue l'ardente solidarité des responsables et autres membres du Mouvement dans le Littoral (le Régional Christian Nkongho, le Départemental Simplice Ngnoheu, Thomas Ekallè, Jean Louis Batoum, Alain Ndje, Arthur Bekombo, Carlette Poibon, Guy Wambo, Franz Messey, Leduc Mbock ...) qui dès le lever du jour et jusqu'au soir ont été là!

Que faut-il donc retenir?

Le soir de leur arrestation, cinq membres du Mouvement se rendent à un rendez-vous convenu par téléphone avec un prétendu président d'association afin de discuter des modalités de collaboration pour la sensibilisation de sa communauté. Ce "Président" n'ayant pas honoré le rendez-vous à l'heure convenue, les membres du Mouvement s'en vont. Des minutes plus tard, ils sont à nouveau contactés par ce "Président" qui s'excuse du retard et les convaincre de revenir. Ce qu'accepteront de faire trois d'entre eux, par abnégation. Sauf qu'une fois au lieu de rendez-vous, ils sont "capturés" par des antigangs et conduits à la section "grande criminalité".

Le lendemain à 12h quand enfin l'enquêteur se présente à la requête du collège d'avocats, les prévenus apprendront qu'ils sont "amazoniens". Le "Président" qui leur a donné rendez-vous serait un "informateur"

A la requête insistante des avocats, l'arrivée de l'informateur-délateur est restée imminente de 12h à 19h, heure de libération des prévenus...

En attendant la suite, restons vigilants, déterminés, citoyens et solidaires. Rien ne nous sera donné. Le combat ne fait que commencer... Dans un an nous ferons du Cameroun, un état de droit !!!

Redigé par: Eric Adjouda.

Proposer un article: +237 699 73 98 60

Articles du même auteur